Raconte-moi la Terre, c'est tout ça... et bien plus encore !

  • À l'été 1953, un jeune homme de 24 ans, fils de bonne famille calviniste, quitte Genève et son université, où il suit des cours de sanscrit et d'histoire médiévale puis de droit, à bord se sa Fiat Topolino. Nicolas Bouvier a déjà effectué de courts voyages ou des séjours plus long en Bourgogne, en Finlande, en Algérie, en Espagne, puis en Yougoslavie, via l'Italie et la Grèce. Cette fois, il vise plus loin : la Turquie, l'Iran, Kaboul puis la frontière avec l'Inde. Il est accompagné de son ami, Thierry Vernet, qui documentera l'expédition en dessins et croquis.
    Ces six mois de voyage à travers l'Anatolie, l'Iran puis l'Afghanistan donneront naissance à l'un des grands chefs-d'oeuvre de la littérature dite « de voyage », L'Usage du monde, republié ici.

  • Ils reverdissent les déserts. Ils rendent leurs territoires autonomes en énergies renouvelables. Ils imaginent des outils de démocratie directe. Ils construisent des habitats coopératifs et implantent l'agriculture dans les villes. Ils créent des circuits financiers éthiques et de nouvelles formes de travail horizontales collaboratives. Partout dans le monde, ils échangent sans argent, fabriquent, réparent, recyclent et mettent en place de nouveaux communs.

    Qui sont-ils? Des femmes et des hommes qui ont repris en main les enjeux qui les concernent. De New York à Tokyo, de Barcelone aux villages du Burkina Faso ou de l'Inde, ils inventent ce qui pourrait être le monde de demain : plus écologique, participatif et solidaire.

  • Navajos, Maasaï, Kogis, Pueblos, Apaches, Tsaatans de Mongolie... L'Occident a longtemps regardé ces peuples avec supériorité. Mais aujourd'hui, les crises écologique, spirituelle et économique nous poussent à les interroger : détiendraient-ils des savoirs et une forme de sagesse universelle que nous aurions perdus ? Ce livre rassemble les voix de onze passeurs, onze hommes et femmes qui ont vécu avec ces peuples racines et nous transmettent leurs connaissances pour donner plus de sens à notre monde et améliorer notre vie au quotidien : recréer du lien à la terre, au vivant, à l'autre, à l'invisible ; définir un autre rapport à l'ego et aux émotions ; réfléchir à d'autres règles du vivre ensemble et de l'intelligence collective ; repenser le rôle de l'imaginaire, de la pensée créatrice...

  • Fin limier de la montagne, Cédric court, skie ou grimpe, l'oreille toujours alerte et le carnet Moleskine prêt à être dégainé du baudrier pour croquer ce qu'il se dit et se joue dans le petit milieu des montagnards. Chroniqueur pour la revue en ligne Alpine Mag, il analyse et décrit ce microcosme chaque lundi avec rigueur, tendresse et une bonne dose d'autodérision. Tatouée dans son cortex, la sentence de Nicolas Bouvier : « La légèreté est aussi volatile que précieuse et exige d'être courtisée et reconquise chaque jour. »

  • 1 000 jours et 1 000 nuits : Sarah Marquis a traversé à pied et seule tout le continent austral. Entre les attaques de cavaliers mongols et les trafiquants de drogue de la jungle laotienne, les animaux sauvages et les rigueurs climatiques, dépouillée de tout superflu, la jeune femme s'est adaptée aux conditions les plus extrêmes. Ainsi, elle a tenté de mieux comprendre ce qui nous lie à la Terre.
    Elle nous livre son récit, tantôt drôle, tantôt poignant, tantôt inquiétant, et sa philosophie de la vie, son cheminement intérieur. Elle nous entraîne dans l'aventure humaine la plus pure. Une odyssée extraordinaire.

  • Le lion

    Joseph Kessel

    «Un lion dans toute la force terrible de l'espèce et dans sa robe superbe. Le flot de la crinière se répandait sur le mufle allongé contre le sol.
    Et entre les pattes de devant, énormes, qui jouaient à sortir et à rentrer leurs griffes, je vis Patricia. Son dos était serré contre le poitrail du grand fauve. Son cou se trouvait à portée de la gueule entrouverte. Une de ses mains fourrageait dans la monstrueuse toison.»

  • Cloîtré dans un centre de désintoxication, Saul Indian Horse a décidé de raconter son histoire : son enfance au coeur du Canada, rythmée par les légendes ojibwées, la récolte du riz et la pêche ; son exil à huit ans avec sa grand-mère, suite à un hiver particulièrement dur ; son adolescence, passée dans un internat où des Blancs se sont efforcés d'effacer en lui toute trace d'indianité. C'est pourtant au coeur de cet enfer que Saul trouve son salut, grâce au hockey sur glace. Joueur surdoué, il entame une carrière parmi les meilleurs du pays. Mais c'est sans compter le racisme qui règne dans le Canada des années 1970, même au sein du sport national.

    Sur commande
  • Sous la forme d'une lettre posthume à son grand-père, Delphine Minoui, journaliste franco-iranienne, raconte ses années passées à Téhéran, de 1997 à 2009. Elle porte un regard neuf sur son pays d'origine, tiraillé entre ouverture et repli. À ses côtés, on s'infiltre dans les soirées interdites, on pénètre dans l'intimité des mollahs et des miliciens bassidjis, on suit les espoirs et les déceptions du peuple.

  • Utopia XXI

    Aymeric Caron

    Il y a cinq cents ans paraissait le livre Utopia de Thomas More, qui décrivait une société idéale. Dans Utopia XXI, Aymeric Caron poursuit l'oeuvre de More. Il prône une révolution des esprits et promeut une société écologiste, antispéciste, pacifiste, et solidaire : semaine de travail limitée à 15 heures, plafonnement des revenus à 10 000 euros par mois, fin du scrutin majoritaire à deux tours, instauration d'un permis de voter, gratuité de l'information, interdiction de la spéculation, reconnaissance des crimes contre l'animalité, limitation des naissances, instauration d'un quotient de bonheur à la place du PIB... Dans Utopia XXI, Aymeric Caron démontre pourquoi ce projet politique est le plus réaliste aujourd'hui.

    Sur commande
  • 1880, Ouchouaya, Patagonie. Orpheline farouche, Emily l´Ecossaise a 16 ans. En cette période d´évangélisation du Nouveau Monde, Emily est envoyée en Patagonie en tant que « gouvernante » des enfants du Révérend. Elle qui ne sait rien de la vie découvre à la fois la beauté sauvage de la nature, les saisons de froid intense et de soleil lumineux, toute l´âpre splendeur des peuples de l´eau et des peuples de la forêt. La si jolie jeune fille, encore innocente, découvre aussi l'amour avec Aneki, un autochtone Yamana. Alors, sa vie bascule. Réprouvée, en marge des codes et des lois de la civilisation blanche, Emily fugue, rejoint Aneki et croit vivre une passion de femme libre. Jusqu´au drame.
    De la colonisation des terres patagonnes à la mort des croyances ancestrales, des affrontements sanglants entre tribus au charme du dépaysement, le roman d'Isabelle Autissier puise à la fois aux sources du réel et de la fiction : qui connaît mieux que la navigatrice les mers du Grand Sud et leurs histoires ? Mais il fallait le talent de la romancière pour incarner ces amants de Patagonie.

  • Dans la première édition de ce livre, Aurélien Barrau nous disait : « La vie, sur Terre, est en train de mourir. L'ampleur du désastre est à la démesure de notre responsabilité. L'ignorer serait aussi insensé que suicidaire. Plus qu'une transition, je pense qu'il faut une révolution. Et c'est presque une bonne nouvelle. » Dans cette nouvelle édition, il complète et affine son propos en analysant la nature des oppositions à la pensée écologique et en suggérant de nouvelles voies de résistance pour dépasser l'immobilisme suicidaire.

  • Fin des années 1950 au viêtnam. bê a douze ans, sa vie dans le bourg de rêu s'organise entre sa mère, ses amis et ses professeurs. son père, soldat, est en garnison à la frontière nord. pour avoir pris la défense d'une de ses camarades abusée par un professeur, elle se voit brutalement exclue de l'école. révoltée, elle s'enfuit de chez elle, avec sa meilleure amie, pour rejoindre son père.
    Commence alors un étonnant périple: les deux adolescentes, livrées à elles-mêmes, sans un sou en poche, finiront par arriver à destination, après des aventures palpitantes et souvent cocasses: bê la meneuse, non contente d'avoir tué le cochon et participé à la chasse au tigre, va également confondre un sorcier charlatan et jouer les infirmières de fortune.
    Roman d'apprentissage, ce livre limpide et captivant dépeint magnifiquement, dans un festival de sons, d'odeurs, de couleurs et de paysages, la réalité du viêtnam après la guerre d'indochine.

  • On les appelle le peuple sauvage. Lorsque Marlo Morgan, Américaine tranquille, rencontre cette tribu d'aborigènes australiens, elle ne sait pas que sa vie va être bouleversée.
    Dépouillée de ses vêtements, déconnectée de sa culture, la «mutante» est propulsée, pieds nus, dans le bush australien.
    Au contact de ses étranges compagnons, entre la peur et l'émerveillement, elle va apprendre à remplacer les médicaments par les plantes, les pièces de téléphone par la télépathie, le stress par la communion avec la nature et animaux.
    Recevoir les dons généreux du hasard, devenir réel, entendre les messages de la nature auxquels nous sommes devenus sourds : tel est l'enseignement de ce récit insolite qui nous ouvre les portes d'une sagesse vieille de cinquante mille ans.
    Écoutons battre, jaillies du désert, les pulsations d'une vie très ancienne : un monde de pureté nous est offert.
    «L'initiation de Marlo Morgan est bien plus qu'une aventure exotique. C'est une plongée en territoire inconnu où l'invisible tient une place aussi importante que le visible.
    Un virage à 180° de la pensée.» L'éditeur.

  • Croire aux fauves

    Nastassja Martin

    « Ce jour-là, le 25 août 2015, l'événement n'est pas : un ours attaque une anthropologue française quelque part dans les montagnes du Kamtchatka. L'événement est : un ours et une femme se rencontrent et les frontières entre les mondes implosent. Les limites physiques entre un humain et une bête, en se confrontant, ouvrent des failles sur leurs corps et dans leurs têtes. C'est aussi le temps du mythe qui rejoint la réalité ; le jadis qui rejoint l'actuel ; le rêve qui rejoint l'incarné. » Croire aux fauves est le récit d'un corps-à-corps entre un ours et une anthropologue au Kamtchatka. Et comme Nastassja Martin le souligne immédiatement, c'est une blessure et une renaissance, dont elle sortira en partie défigurée, mais surtout transfigurée. La singularité de son point de vue a toujours tenu à son engagement avec les peuples étudiés - les Gwich'in de l'Alaska puis les Évènes d Kamtchatka -, engagement si total qu'il a parfois aboli les distances soi-disant objectives et soulevé en elle des interrogations vertigineuses.
    Ainsi, avec cet ours, s'est-elle confrontée à une figure essentielle des mythologies locales, « l'âme sauvage », comme si cette bête fauve était le point de collision entre savoirs scientifiques et implication animiste.
    Outre ce motif initial, elle relate les nombreuses opérations subies en Russie à l'hôpital de Petropavlosk, puis en France à La Salpêtrière ou au CHU de Grenoble. Au cours d'une énième hospitalisation, de nouvelles menaces surviennent, une maladie nosocomiale puis un risque de tuberculose. Face à ces sombres perspectives, la rescapée décide de retourner sur les lieux du « baiser de l'ours ». Et c'est dans ce refuge d'une inquiétante familiarité qu'elle approfondit les questionnements qui l'ont assaillie depuis des mois, les met au diapason d'une pleine Nature habitée par des croyances ancestrales et des solidarités élémentaires, mais aussi à l'épreuve des préjugés de certains habitants envers la « miedka » qu'elle est devenue, mi-femme mifauve.
    Ultime stigmatisation qui va nourrir son désir de pousser plus loin encore sa méditation anthropologique.

  • Alors que la France est traversée par une crise identitaire, l'auteure s'interroge sur ses origines algériennes, son grand-père, un harki, et le silence de sa famille. Elle raconte le destin des générations successives entre les deux pays. Prix des libraires de Nancy et des journalistes du Point 2017, prix littéraire du Monde 2017, prix Landerneau des lecteurs 2017, prix Goncourt des lycéens 2017.

  • Étudiante au prestigieux Institut supérieur de peinture de Bruxelles, Paula rencontre Jonas, jeune peintre surdoué et énigmatique, et Kate, une Écossaise débrouillarde et impulsive. Des liens indéfectibles se tissent au sein du trio à mesure qu'ils se forment à l'imitation des matières. Donner l'illusion d'une essence de bois, de l'usure d'un marbre, d'un heurt sur une écaille de tortue, nécessite minutie, technicité, mais aussi quelque chose d'autre. Paula doit comprendre ce qu'elle peint. Mais comment cette fille d'une vingtaine d'années seulement pourrait-elle appréhender l'ampleur de ce qui a traversé les siècles ?Sa jeunesse se passe, rythmée par les coups de pinceau, le travail acharné, les nuits blanches et muscles endoloris, les soirées alcoolisées. Son diplôme obtenu, Paula continue d'exercer son art, à Paris, puis à Moscou et surtout en Italie, sur les décors de grands films, des fabriques à rêves. Le trio se sépare, Paula fait de nouvelles rencontres, se libère, s'égare, vit sa vie, à la mesure de chantiers toujours infiniment plus grands qu'elle, et qu'elle s'efforce de saisir d'un geste de la main.

    Sur commande
  • «Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie. J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal. Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché de vivre dans la lenteur et la simplicité. Je crois y être parvenu. Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à l'existence. Et si la liberté consistait à posséder le temps ? Et si la richesse revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence - toutes choses dont manqueront les générations futures ? Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.»

  • "Il est plus économique de produire de façon écologique." C'est à partir de cette affirmation, à contre-courant de la pensée traditionnelle, qu'Emmanuel Druon, entrepreneur près de Lille, a transformé, avec ses 122 collègues, l'entreprise Pocheco depuis dix-sept ans.  

    Sur commande
  • Pietro est un enfant de la ville. L'été de ses onze ans, ses parents louent une maison à Grana, au coeur du val d'Aoste. Là-bas, il se lie d'amitié avec Bruno, un vacher de son âge. Tous deux parcourent inlassablement les alpages, forêts et chemins escarpés. Dans cette nature sauvage, le garçon découvre également une autre facette de son père qui, d'habitude taciturne et colérique, devient attentionné et se révèle un montagnard passionné.Vingt ans plus tard, le jeune homme reviendra à Grana pour y trouver refuge et tenter de se réconcilier avec son passé.Hymne à l'amitié, histoire familiale, ce texte splendide nous fait aussi et surtout ressentir la force de la montagne, personnage à part entière, capable de bousculer des existences et de transformer des êtres.Un livre de vie, puissant, universel, où le désenchantement et le doute sans cesse se confrontent à l'émerveillement et à l'espoir. Philippe Claudel, L'Express.Ce roman touche au coeur. Sophie Pujas, Le Point.Traduit de l'italien par Anita Rochedy.Prix Médicis étranger 2017

  • Ouvrir grand les frontières, établir une semaine de travail de quinze heures ou le revenu universel de base. Des idées naïves et dépassées ou bien la force de l'utopie renouvelée ? Résolument anti-décliniste, Utopies réalistes tombe à pic et nous explique comment construire un monde idéal aujourd'hui et ne pas désespérer ! D'une ville canadienne qui a totalement éradiqué la pauvreté à l'histoire d'un revenu de base pour des millions d'Américains sous Richard Nixon, Bregman nous emmène dans un voyage à travers l'histoire et défend des idées qui s'imposent par la force même de l'exemple et le sérieux de la démarche historique.

    À la fois pédagogique et percutant, à contre-courant du pessimisme ambiant, cet essai brillant a rencontré un formidable succès mondial.

empty