Claude Marthaler

  • Le nouveau livre d'un écrivain, arpenteur du bout du monde, en vélo ou à pied, qui confie les ressorts secrets de sa vie d'aventurier.

    Ecrivain aventurier, Claude Marthaler signe des livres qui font découvrir au lecteur comment il côtoie toutes les latitudes à la force des jambes, d'un tour du monde de sept ans à vélo jusqu'à l'ascension à pied récente du plus haut volcan de la planète. Avec sa plume affirmée, il nous livre ses volcans intérieurs qui l'amènent à se remettre toujours en selle. Au fil des chapitres, il dévoile les ressorts intimes et secrets qui l'ont poussé sur les chemins de cette errance choisie. Un accident de parapente l'a contraint à repartir d'une page blanche pour réécrire sa vie. Des milliers de mètres de dénivelé et des bivouacs aux confins du monde lui ont permis, en se perdant, de se trouver soi-même et de donner un sens à la vie et à sa vie. Apprendre à accepter l'incertitude est la plus belle leçon délivrée par ce parcours composé d'itinéraires, de paysages et de rencontres aussi improbables que magnifiques.

    Sur commande
  • « Alpes, Andes, Rocheuses, Caucase, Pamirs, Himalaya, j'ai toujours été un grimpeur à deux roues. Pédaler des milliers de kilomètres pour atteindre un massif ne m'effraie pas. Le vélo et la montagne ont fait partie de tous mes voyages, comme si ces deux pratiques n'allaient pas l'une sans l'autre... ».

    Depuis trente ans, Claude Marthaler parcourt le monde sur deux roues. Le vélo est son mode de vie et d'existence, la roue son mode de pensée et d'expression. Il s'intéresse à la bicyclette dans tous ses états, à sa culture sur les cinq continents, au vent des routes.
    Dans ce livre, le dixième que lui inspirent ses pérégrinations cyclistes, il relate trois voyages où la pente a été plus présente et exigeante que jamais : à travers les Pamirs, au Kirghizistan, Tadjikistan, et en Afghanistan ; vers l'Amnye Machen au Tibet oriental ; et tout le long de la Great Divide dans les montagnes Rocheuses, du Canada à la frontière américano-mexicaine.

  • Le monde de la bicyclette est fait d'explorateurs, de rêveurs, de travailleurs, et pas seulement de sportifs ou d'obsédés de performances personnelles.
    Il y a celui qui imagine une bicyclette flottante, s'égare sur une maison à pédales, enfourche une bicyclette qui vole dans l'air. Celui qui monte en selle et ne revient plus, comme Heinz Stücke, désormais une légende vivante pour tous les cyclo-voyageurs. Il y a celui qui naît en pédalant, et s'arrête quand il ressent l'appel de la nature . Celui qui fait du vélo son salut, en l'adaptant à sa propre invalidité. Celui qui voyage avec toute sa famille, pour une expérience totale et une école de vie. Il y a celui qui observe le monde à travers ses rayons, en le photographiant et en le racontant en pédalant. Celui dont la bicyclette est l'outil de travail dans le trafic chaotique du Caire, de Mexico City, ou celui qui s'arc-boute sur les pédales dans l'oxygène rare du Tibet...
    Claude Marthaler, ce cyclonaute helvétique qui a effectué, entre autres voyages à vélo, un tour du monde de 7 années, nous fait revivre quelques-unes de ces rencontres avec ces personnages hauts en couleurs.

  • Le vélo est le véhicule universel par excellence, un dénominateur commun à tous les peuples de la planète. Là où il y a l'homme, il y a le vélo et la grande roue du monde est à coup sûr celle d'une bicyclette. La monture de Claude Marthaler lui sert de vaisseau terrestre et de passeport pour faire des rencontres. Car la bicyclette transcende et unit les hommes, les frontières géographiques, les générations et les classes sociales, servant à la fois au transport, au commerce, au sport, à l'expression artistique, au pèlerinage et au voyage.
    De son exploration de cyclonaute autour d'un monde qui tourne plus ou moins rond, l'auteur rapporte une réflexion «vélosophique», la quintessence même du voyage sur deux roues, qu'il transcrit avec poésie et humour.

  • C'est à vélo et sur 4 000 kilomètres que le Suisse Claude Marthaler a effectué sa révolution autour de Cuba. Désormais aux prises avec la mondialisation, à quoi ressemble donc le sanctuaire historique de Fidel Castro et d'Ernesto « Che » Guevara ? Désireux de s'affranchir du mythe, le voyageur s'immisce durant trois mois tant dans les ruelles de La Havane qu'au coeur des étendues de canne à sucre, au milieu des combats de coqs ou d'une centrale nucléaire désaffectée. Il s'imprègne des ambiances, dresse le portrait des gens simples qu'il croise - paysans, citadins, vendeurs ambulants - et recueille leurs confidences. Constat de la faillite d'une utopie autant que d'immenses espoirs latents, le récit de ce printemps cubain offre une vision pleine d'empathie de la plus vaste et célèbre île des Antilles.

    Indisponible
  • Le vélo au féminin a alimenté un débat émotionnel houleux aux États-Unis et en Europe à la fin du XIXe siècle, une époque charnière qui connut une véritable bicyclette mania. Ce fameux deux-roues qui a longtemps divisé le monde médical et bousculé le code vestimentaire, a été un catalyseur pour les mouvements féministes, au même titre que l'acquisition du droit de vote. Le vélo aura 200 ans en 2017, et aujourd'hui encore, au nom de préceptes machistes ou religieux, de nombreux pays légifèrent ou interdisent la pratique de la bicyclette aux femmes. Dans le monde entier, des individus et des associations se battent pour l'accès des femmes à cette liberté.

    De Annie Londonderry, première à avoir réalisé un tour du monde à bicyclette, à Jeannie Longo, la plus grande championne de tous les temps, ce livre dresse les portraits de 32 femmes exceptionnelles qui racontent leur passion du vélo. Il dévoile aussi avec une singulière intimité leurs forces et leurs faiblesses. Coureuse, écrivaine, réalisatrice, comédienne, blogueuse, commentatrice sportive, féministe, recordwoman, voyageuse, professeur de yoga, pionnière, sexologue...et si la femme était bel et bien l'avenir du vélo ?

    Sur commande
  • Le nouvel ouvrage relate trois ans de voyage à vélo en Afrique et en Asie, avec son amie Nathalie. Après des années de pérégrinations solitaires ou avec des compagnons rencontrés par hasard, Claude Marthaler raconte ici un long voyage en couple, tout en restant très attaché aux rencontres avec les habitants des pays traversés. Passionné par le Tibet où il a passé plus de neuf mois, il se trouvait à Lhassa au moment de la terrible répression chinoise de mars 2008. Ses témoignages ont été parmi les très rares à parvenir au monde occidental à ce moment-là. Quelques semaines plus tard, après avoir été expulsé de Chine, il se trouvait en Birmanie au moment du cyclone Nargis.

    Sur commande
  • Le chant des roues

    Claude Marthaler

    • Olizane
    • 16 Mars 2002

    En mars 1994, Claude Marthaler quitte la Suisse à vélo dans le but de rejoindre le Japon deux années plus tard.
    Il fait partie des premiers Européens à traverser seul l'ex-URSS qui vient à peine de s'ouvrir au tourisme individuel, avant de gagner les hauts plateaux tibétains qu'il sillonne longuement. Au chant des roues de son vélo, il se laisse gagner par l'ivresse de l'aventure et, en 1997, s'envole du Japon pour l'Alaska. Il pédale jusqu'à l'océan Arctique et repart vers le Sud par les Montagnes Rocheuses et la cordillère des Andes, atteignant Ushuaia en mars 1999.
    Puis, il prend l'avion pour Le Cap d'où il remonte toute l'Afrique, traversant le Congo démocratique en pleine guerre et le désert du Sahara par la Mauritanie. Il boucle finalement son tour du monde en juin 2001, au terme de sept années, ayant parcouru 122 000 km et visité 60 pays. Les régions traversées n'ont pas été choisies pour leur facilité : les plus hautes pistes du monde, les déserts les plus arides et les hivers les plus rigoureux...
    Au-delà de l'exploit physique que représente son périple, Claude Marthaler nous restitue d'une manière très vivante son mode de vie nomade et solitaire. Il met en évidence avec beaucoup d'humanité ses contacts chaleureux avec les populations, la découverte des différentes cultures, mais aussi comment il a surmonté les obstacles administratifs, par exemple en " prolongeant ", lui-même son visa en URSS, ou en prenant les pédales à son cou pour échapper à la police chinoise...

  • Dans la roue du monde

    Claude Marthaler

    • Glenat
    • 6 Octobre 2004

    Le vélo est le véhicule universel par excellence, un dénominateur commun à tous les peuples de la planète. Là où il y a l'homme, il y a le vélo, et la grande roue du monde est à coup sûr celle d'une bicyclette. C'est donc en pédalant que Claude Marthaler est parti à la rencontre de ses congénères pendant sept ans autour du globe. Sa monture lui a servi de vaisseau terrestre et de passeport. Car la bicyclette transcende et unit les hommes, les distances, les frontières géographiques et climatiques, les générations, les classes sociales et les capacités physiques, servant à la fois au transport, au commerce, au sport, à l'expression artistique, au pèlerinage et au voyage. De son exploration de cyclonaute autour d'un monde qui tourne plus ou moins rond, Claude Marthaler a rapporté des images à profusion et une réflexion « vélosophique » qu'il transcrit avec poésie et humour. À bicyclette, on peut ainsi parler de « la vie et autres crevaisons », on peut « se mouvoir et s'émouvoir », rencontrer l'amour et l'amitié, vivre « la transe-himalayenne », progresser « en roue libre » malgré les frontières, cultiver « l'art du pédaler », s'intéresser aux nomades qui ont « pignon sur route », s'arrêter pour un paysage ou pour un visage, auprès des bicitaxis d'Amérique du Sud ou des kadahuiles du Congo, parmi des milliers de Chinois ou une poignée de bikers en Alaska... Rarement exploit sportif - plus de 130 000 kilomètres parcourus, souvent en privilégiant les plus hautes pistes du monde, les déserts et la rigueur de l'hiver - est aussi empreint d'humanité.

  • L'homme frontiere

    Claude Marthaler

    Sur commande
empty