Langue française

  • Découlant de la tension entre l'accroissement de la demande pour les soins de santé et les contraintes financières des gouvernements, l'évaluation de la performance des organisations et des systèmes de santé est une condition essentielle à la survie de ceux-ci et constitue en soi un enjeu difficile. D'une part, ces systèmes complexes dépendent fortement de leur contexte : améliorer leur performance requiert la participation de nombreux acteurs aux intérêts souvent divergents.
    D'autre part, le concept de performance est loin de faire l'unanimité ; les modèles utilisés reflètent souvent des préoccupations et des objectifs contradictoires. Les auteurs exposent les perspectives d'acteurs clés provenant des pays lusophones et francophones des Amériques, de l'Europe et de l'Afrique dans le but d'engager les systèmes et les organisations de santé vers une amélioration continue de la performance.
    Pour ce faire, ils posent ici trois questions fondamentales : en quoi consiste la performance d'un système ou d'une organisation de santé ? Comment l'évaluer ? Et comment utiliser les résultats de l'évaluation de façon à constamment améliorer la performance ?

  • L´autobiographie, sous ses divers avatars, a connu une expansion sans précédent, au point de devenir le registre dominant de la littérature d´aujourd´hui. Ses frontières génériques sont plus incertaines que jamais et la distance du sujet à lui-même implique un questionnement qui touche inévitablement le nom.
    Par ailleurs, à côté de la linguistique du nom propre, très productive ces dernières années, les travaux sur l´écriture de soi se sont multipliés dans le sillage d´une nouvelle phénoménologie de l´identité. Le nom propre s´est ainsi retrouvé au coeur de la réfl exion sur les limites de la fi ction et de la non-fi ction. Voici qu´il apparaît, à l´égal du sujet ou de la vérité qu´il aurait fonction d´attester, comme une catégorie instable, sujette au doute et aux manipulations. L´être et l´identité sont désormais devenus friables.
    Le moment est donc venu de mettre à l´épreuve le modèle canonique proposé par l´école formaliste et sa confiance dans l´autorité du nom propre.

  • Quiconque juge évalue ; à ce titre, l´évaluation est universelle. Mais cette activité humaine peut être plus ou moins formalisée, et des stratégies peuvent être adoptées pour en augmenter la validité. Dans la pratique, la rigueur méthodologique autant que la réponse aux besoins réels des organismes demandeurs et le souci constant de l´utilisation de l´information produite sont les meilleurs garants d´une évaluation réussie.
    Exhaustif et pragmatique, cet ouvrage présente le modèle d´évaluation qui s´élabore depuis 20 ans autour du cours « Méthodes d´évaluation » du secteur de la santé publique de l´Université de Montréal. Si la plupart des exemples utilisés sont issus du domaine de la santé, le modèle proposé s´applique à l´étude des interventions de tous les secteurs, comme l´éducation, l´administration ou les sciences politiques.
    Ce manuel permettra aux étudiants, aux chercheurs et aux professionnels qui ont recours à l´évaluation de mieux définir les interventions soumises à leur expertise, et de choisir les approches et les questions les mieux adaptées à chaque contexte.
    Les directeurs enseignent l´évaluation de programme et sont membres du Groupe de recherche interdisciplinaire en santé (GRIS) de l´Université de Montréal. Praticiens, chercheurs et enseignants, les auteurs comptent parmi les meilleurs spécialistes de l´évaluation.
    O Prix du recteur de l´Université de Montréal pour un ouvrage didactique (2009)

  • Faut-il décriminaliser, voire légaliser l'usage du cannabis ? Si oui, dans quel cadre législatif et pour qui ? Ces questions qui agitent les pouvoirs publics occidentaux depuis des décennies n'avaient pas encore fait l'objet d'études approfondies et complètes. Un comité spécial du Sénat canadien s'y est attaqué. Le rapport qu'il a rendu public a étonné tous les observateurs par la rigueur de ses recherches et l'audace de ses propositions.

    D'importantes ressources scientifiques ont été mobilisées pour faire le point : 23 rapports de recherches réalisés par des scientifiques de réputation internationale, plus de 200 témoins, chercheurs et spécialistes au Canada et à l'étranger, de nombreux groupes de discussion. Le débat sur le cannabis sort enfin sur la place publique.
    />
    L'essentiel du rapport et toutes les recommandations se retrouvent dans ce livre. Le Comité propose des perspectives nouvelles face aux drogues illicites, rappelant la nécessité de trouver une politique différente et efficace « qui ne banalise ni ne marginalise les usages ». Novateur dans ses bases scientifiques et courageux dans ses recommandations, ce rapport, précédé d'une préface du sénateur Nolin, devient désormais indispensable à toute discussion sur le cannabis au niveau national et international.

  • Dans la première moitié du XXe siècle, les milieux artistiques français foisonnent de réalisations, les artistes se connaissent, se côtoient et mettent en commun une énergie créatrice exceptionnelle. Il n´est donc pas étonnant de constater que les collaborations des musiciens français à des projets collectifs ont rarement été aussi nombreuses et aussi étroites qu´à cette époque. Dans une perspective multidisciplinaire, le présent ouvrage propose une série d´études dans le but d´approfondir un certain nombre de questions entourant les formes et les genres qui naissent à l´époque dans ce climat d´intense activité artistique.
    Les études de ce livre témoignent des rapports nouveaux qu´établissent les artistes avec une société en profonde mutation et qui entraînent une redéfinition de la pratique artistique, des liens qu´entretiennent le public et les artistes à l´art, à sa contemplation et sa consommation. Elles accordent une place centrale à la musique et aux liens que celle-ci entretient avec la littérature, la danse, le cinéma et le théâtre. L´ensemble de ces relations et mutations constitue les bases d´une modernité dont les prolongements n´ont de cesse tout au long du siècle et viennent même secouer la postmodernité à l´orée du XXIe siècle.
    Sylvain Caron, François de Médicis et Michel Duchesneau sont professeurs à la Faculté de musique de l´Université de Montréal.

  • Lieux majeurs de toutes les accumulations matérielles, sociales et économiques, les villes sont au coeur de la question des changements climatiques. Leur avenir dépendra de notre capacité à inventer des espaces urbains habitables, justes et résilients. Les auteurs font ici le pari d'une action collective capable de transformer les menaces en force constructrice, de maîtriser la vulnérabilité des espaces urbanisés tout en renforçant leur résilience.
    Pour ce faire, il faut comprendre les formes et les structures de la ville contemporaine, afin d'orienter les politiques et la planification territoriale. Ce livre offre un recueil des connaissances les plus récentes sur l'adaptation des villes aux changements climatiques et rassemble les réflexions de professeurs-chercheurs et de professionnels non seulement du Québec mais aussi de France, de Suisse, des Etats-Unis et du Brésil.
    Les auteurs y analysent avec acuité certaines des controverses les plus pressantes sur le climat, sujet épineux et source de grandes préoccupations dans la population.

  • Agir c'est d'abord s'informer. Bien des gens se désinvestissent du champ de la politique, résignés à l'idée de ne pas en comprendre les tenants et aboutissants et frustrés de ne pas être à la hauteur pour bien évaluer les choses à une saine distance. Se sentant parfois impuissants face aux décideurs qui souvent les ignorent, ils se demandent alors à quoi bon s'y intéresser. Pourtant, pour réfléchir aux enjeux de notre société et se positionner en tant que citoyen actif, il faut avoir les clefs qui permettent de débattre des sujets d'actualité. En ce sens, il faut lire les philosophes, les penseurs et les spécialistes qui font de la politique leur sujet de prédilection. C'est ce à quoi nous invitent les professeurs de science politique de l'Université de Montréal, à l'occasion du soixantième anniversaire de leur département. En 25 questions bien choisies, puis auscultées, décortiquées et repensées dans un style limpide et enlevé, ils éclairent de leurs propos tant les connaisseurs que les néophytes.
    Ce deuxième volume suscitera sans nul doute autant d'intérêt que le premier, et permettra à chacun d'aiguiser son regard avec des réponses simples à des questions de ce genre :
    Veut-on vraiment un État religieusement neutre ? Peut-on décoloniser le Canada ? Pourquoi la corruption existe-t-elle ?
    Pourquoi les dictateurs sont-ils élus ? Pourquoi Trump ? Les médias sociaux transforment-ils le monde politique ? Où va le monde ?
    Des questions plus que jamais d'actualité en ce début de 21e siècle marqué par des bouleversements technologiques, écologiques et identitaires sans précédent.

  • Les auteurs de ce livre s´intéressent à des enjeux encore peu explorés par les ethnomusicologues. Quel est, par exemple, l´impact sur les pratiques musicales, de la mondialisation culturelle, des nouvelles migrations humaines et du tourisme de masse ? Au coeur du problème, il y a la double nature de la musique : patrimoniale, elle se définit dans la reproduction de sons et de gestes immémoriaux ; expressive, elle est un véhicule de créativité ouvert aux influences les plus diverses. Les auteurs se penchent sur la « mise en spectacle » de la musique traditionnelle, où cette tension entre expression et mémoire est spécialement forte. Questionnant tout particulièrement les effets du tourisme sur les pratiques, ils observent les ajustements contemporains de performances traditionnelles et offrent des perspectives inédites sur la mise en valeur des patrimoines musicaux et culturels.

  • Ce livre veut amener le lecteur à une réflexion sur les problèmes actuels de la bioéthique et de la déontologie médicales et infirmières. Il replace d'abord l'histoire de la pensée éthique dans son contexte politique et social, avant de l'inscrire dans celui des découvertes scientifiques et techniques. Passant en revue les auteurs et les pratiques de l'Antiquité, du Moyen Âge, des temps modernes et de l'époque contemporaine, il montre comment a évolué la conception que l'on se fait de la médecine et des soins infirmiers. D'une médecine cherchant d'abord à apprivoiser la nature, et de soins infirmiers centrés sur la philanthropie et la charité, on est passé à une pratique médicale et infirmière beaucoup plus interventionniste. Parallèlement à cette évolution se sont développées des préoccupations éthiques nouvelles, touchant des questions de plus en plus complexes, comme la contraception, l'avortement, l'euthanasie, l'eugénisme, la dissection ou la confidentialité des thérapeutiques. Les personnels médical et infirmier ont connu un développement important de leurs responsabilités sociales et morales. Sans renier le serment d'Hippocrate et, plus tard, le serment de Florence Nightingale, ils en sont venus à une redéfinition de leurs tâches plus respectueuse de la personnalité du patient et plus soucieuse du rôle de l'acte médical et infirmier.
    Guy Durand est professeur émérite de la faculté de théologie de l'Université de Montréal.
    Andrée Duplantie, infirmière, est directrice principale du Secrétariat international des infirmières de l'espace fancophone (SIDIIEF).
    Danielle Laudy est professeur invité aux programmes de bioéthique de l'Université de Montréal.
    Yvon Laroche, docteur en théologie, est assistant de recherche de Guy Durand depuis dix ans.

  • La violence au travail est loin d'être un phénomène rare.
    Le nombre croissant de victimes de violence physique, de harcèlement sexuel, d'intimidation ou de violence verbale au travail révèle un problème grave, présent dans la plupart des organisations et ce, dans tous les secteurs d'activité. Devant cette réalité a priori alarmante, plusieurs questions se posent : quelles sont les causes et les conséquences de la violence au travail ? Existe-t-il des personnes plus à risque de faire des gestes violents ou de devenir des victimes ? A partir de quel moment un comportement devient-il violent ou harcelant ? Y a-t-il finalement un antidote possible à la violence au travail ? L'adoption d'un code d'éthique qui interviendrait à la fois sur la violence, mais qui viserait aussi à encourager les conduites appropriées des travailleurs serait-elle une option à considérer ? Cet ouvrage constitue une première synthèse des plus récentes recherches scientifiques et des meilleures pratiques organisationnelles et de consultation en psychologie du travail en matière de violence et de harcèlement au travail.
    Il est également un guide utile à l'organisation d'un programme de prévention de la violence.

  • La politique étrangère et de défense du Canada a connu des changements de cap ces dernières années, s´adaptant aux nombreux événements qui ont marqué aussi bien le pays que le monde, en particulier la fin de la Guerre froide et les attentats du 11 septembre 2001. Ces transformations ont-elles des répercussions sur la nature de la tâche qui incombe à ceux qui dirigent la politique étrangère canadienne ? Quels sont les facteurs qui structurent le contenu et l´évolution des activités internationales du Canada et du Québec ?
    Cet ouvrage propose une étude systématique de la politique internationale du Canada et du Québec. On y trouve les principaux éléments qui forment le cadre dans lequel évoluent les différents acteurs appelés à formuler la politique étrangère et qui agissent comme autant de contraintes dans le processus de prise de décision : le poids de l´environnement international, le rôle de la société civile, l´importance des ressources ou encore l´impact de l´histoire et des idées dominantes.
    La compréhension de la politique étrangère du Canada suppose également que l´on situe le rôle des principaux dirigeants appelés à intervenir dans la formulation de la politique internationale du pays : le premier ministre, le Cabinet, le ministre des Affaires étrangères et celui de la Défense, la bureaucratie et le Parlement.
    Enfin, l´ouvrage traite des activités internationales des provinces, en particulier du Québec. On y trouve une analyse en profondeur de l´influence du fédéralisme sur la conduite de la politique étrangère, sur l´émergence de la paradiplomatie des gouvernements non souverains et sur la conduite des relations extérieures du Québec.
    Kim Richard Nossal est professeur et directeur du Département d´études politiques à l´Université Queen´s (Kingston, Ontario). Stéphane Roussel est professeur au Département de science politique de l´Université du Québec à Montréal (UQAM) et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes. Stéphane Paquin est professeur à l´École de politique appliquée de l´Université de Sherbrooke.

  • De charles beaudelaire a kamel daoud : lectures - revue etudes francaises, vol 56 n  2 Nouv.

  • Les études regroupées dans cet ouvrage offrent une sélection de contributions parmi les plus représentatives proposées au XIIIe congrès de la Société internationale de littérature courtoise qui s´est tenu à Montréal en 2010. Les axes de recherche reflètent les questions qui ont plus particulièrement occupé les médiévistes depuis la dernière décennie autour des problèmes de transmission et de diffusion, notamment par un retour à la spécifi cité de la « manuscriture » médiévale : la transmission et la réception de la courtoisie, la culture courtoise et le livre, et les langues de la courtoisie.
    Ces axes, qui ordonnent aussi la composition du présent livre, correspondent bien à quelques-uns des principaux mouvements critiques qui ont animé les études médiévales depuis le débat autour de la « nouvelle philologie » et de la « nouvelle codicologie ». Par ailleurs, l´étude des rapports entre la langue et la littérature du point de vue de l´histoire culturelle et non strictement de la philologie a offert l´un des points de rencontre les plus naturels pour le dialogue entre critiques littéraires, philologues et historiens.
    Isabelle Arseneau et Francis Gingras sont professeurs de littérature française du Moyen Âge, respectivement à l´Université McGill et à l´Université de Montréal.

  • Ce livre se penche sur les pratiques concrètes de participation publique, en matière de planifi cation urbaine, dans trois agglomérations, Grenoble et Lyon en France, et Montréal au Québec. Comment s'y effectuent la prise en compte du développement durable et la mise en tension des dimensions associées à cette notion ? La participation publique peut-elle constituer un instrument privilégié à cette fin ? Ce livre s'intéresse aussi à la participation publique sous l'angle de ses effets sur le contenu des exercices de planification et les modes d'élaboration des politiques urbaines.

    Il est construit en trois parties. La première pose la question de la capacité de la participation publique à transformer l'action urbaine et à l'infl échir dans le sens des principes du développement urbain durable. La deuxième dresse un portrait de la participation publique dans trois exercices de planification métropolitaine. La troisième présente une analyse des transformations de l'action urbaine, du point de vue des processus et des contenus. En traitant des « procédures en action », cet ouvrage intéressera non seulement les étudiants et les enseignants en sciences sociales, mais également les acteurs et les professionnels de l'aménagement, urbanistes, aménagistes, élus locaux, agents de développement ou associations locales.

  • Marcel Rioux (1919-1992) a consacré une large part de son oeuvre à envisager la société québécoise sous l´angle de la culture. C´est selon lui par cette voie que le Québec a pu se concevoir comme société nationale, susceptible de devenir le pays qu´il appelait de ses voeux.

    Publiés entre 1957 et 1987, les textes réunis dans cet ouvrage offrent une vue d´ensemble de la pensée d´un grand témoin de son temps. Durant ces trente années, Rioux a observé sur le vif la mutation de la culture, tant à l´échelle régionale (on pense à sa monographie sur Belle-Anse) qu´au sein des groupes sociaux (ses études sur la jeunesse) ou des institutions (ses travaux et propos sur l´éducation). D´une actualité surprenante, les écrits de Marcel Rioux peuvent être lus comme autant de manifestes contre le discours économiste qui prétend imposer une vision marchande de la culture.

  • Les soulèvements populaires en Tunisie et en Égypte, avec la chute de Ben Ali et de Moubarak, ont produit un effet de démonstration des défauts de la cuirasse de régimes apparemment forts. Leurs succès ont favorisé une propension à l'action dans d'autres pays arabes, au sein de sociétés dont les revendications et les régimes ne sont pas forcément identiques. Ils ont ainsi ouvert un cycle de mobilisations qui, pour l'heure, n'est pas clos.
    Mais peut-on parler vraiment de révolution ? De ces affrontements ont surgi de nouvelles façons d'envisager les rapports de pouvoir, et c'est sans doute là que réside la principale « révolution » : une transformation en cours dans les relations politiques, qui place l'ensemble des protagonistes des scènes politiques arabes sous le signe de l'incertitude.
    Les auteurs s'appuient sur une connaissance de première main des terrains étudiés et prennent en compte la diversité des contextes pour expliquer ces événements et leurs répercussions au-delà de la rue.

  • L'amour peut-il rendre fou ? La plupart des gens le croient, mais qu'en est-il vraiment ? Dominique Nancy et Mathieu-Robert Sauvé, tous deux journalistes à l'hebdomadaire Forum, ont eu la bonne idée de poser cette question, et une soixantaine d'autres d'inspirations diverses, à des experts de l'Université de Montréal, de HEC Montréal et de Polytechnique.

    Comment se forment les flocons de neige ? Les boissons énergisantes sont-elles bénéfiques ? Que se passerait-il si la Lune disparaissait ?...Questions loufoques, naïves ou angoissées. Leurs réponses, parfois étonnantes, mais toujours rigoureuses, ont d'abord été publiées dans le cadre des «Capsules science» du journal. Les voici toutes réunies, accompagnées d'une entrevue avec le philosophe Frédéric Bouchard pour qui « un résultat de recherche qui n'est pas partagé est une aberration ».

    D'où ce livre !

    En collaboration avec le journal Forum, hebdomadaire d'information de l'Université de Montréal

empty