Michel Simonet

  • Il suffit parfois d'une rose et d'un balai.
    Une rose au coin du chariot, pour embaumer l'air du temps.
    Un balai pour faire place nette, penser juste, devenir sage.
    Les graffitis, les gens, les mauvaises herbes, les crottes de chien : rien n'échappe au cantonnier qui sait voir. Dans le matin frais de Fribourg, au Buffet de la Gare à l'heure de la pause, gilet orange sur le dos, le balayeur passe derrière vous. Lisez-le, écoutez-le : il est devant.

  • "Compostelle. un chemin qui mène à Dieu" est le récit sincère, coloré et joyeux d'une longue marche à travers les paysages magnifiques de France et d'Espagne. Il est aussi et surtout l'occasion offerte à chacun, d'une rencontre personnelle et vivante avec Dieu. L'auteur y dévoile, à travers un témoignage sensible, authentique et nourri par la Parole biblique, que la communion avec le créateur est la clé indispensable du bonheur et de la réussite. Au fil des étapes, ce pèlerinage sur le chemin de Saint-Jacques vous ouvrira la voie d'une quête intérieure féconde, avec ses exigences, ses doutes, mais aussi avec ses joies et ses victoires. Alors, laissez-vous guider dans ce voyage merveilleux aux sources de la vie et partez à la découverte d'un monde fascinant : celui de Dieu et de l'Homme.

  • Notre monde et notre imaginaire sont habités par les couleurs. Nos actes, nos paroles, nos rêves et nos achats sont dominés par un code implicite, qui est celui dicté par les couleurs. Rien n'est incolore : la réalité se voit et se comprend au travers d'un prisme infini de couleurs. Et ces dernières ont une histoire que Michel Pastoureau retrace ici avec brio.

  • Ce n'est pas un hasard si nous voyons rouge, rions jaune, devenons verts de peur, bleus de colère ou blancs comme un linge. Les couleurs ne sont pas anodines. Elles véhiculent des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir, elles possèdent des sens cachés qui influencent notre environnement, nos comportements, notre langage, notre imaginaire. Les couleurs ont une histoire mouvementée qui raconte l'évolution des mentalités.
    L'art, la peinture, la décoration, l'architecture, la publicité, nos produits de consommation, nos vêtements, nos voitures, tout est régi par ce code non écrit.

    Nouvelle édition illustrée du Petit livre des couleurs.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce dictionnaire répond à une triple volonté : il entend d'abord établir le bilan de plusieurs décennies de réflexion théorique, plus de quarante ans après la parution du Pacte autobiographique (1975) de Philippe Lejeune. Il vise ensuite à cartographier un champ de recherches dont l'extension est souvent mal comprise : l'autobiographie au sens strict, mais également, et plus globalement, les écritures de soi. À un moment où la médiatisation de l'autofiction brouille les frontières entre fiction et non-fiction, il semble important de décrire les spécificités du champ non fictionnel et de se demander si l'écriture autobiographique est un modèle d'écriture identifiable à quelques traits précis ou un registre qui transcende les frontières génériques. Enfin, ce dictionnaire souhaite féconder un nouvel élan théorique. Il dépasse une vulgate promue par l'institution scolaire et universitaire, constituée en canon, ne se limite pas aux seuls corpus consacrés mais s'intéresse également à des auteurs méconnus, voire aux écritures ordinaires. Derrière le succès de l'autobiographie se cache une diversité de pratiques et de genres ayant en commun l'écriture à la première personne, qui connaissent des fortunes variables mais ne cessent de se nourrir réciproquement : Mémoires, souvenirs, témoignages, journaux personnels, correspondances intimes, chroniques... Il s'agit de désenclaver l'autobiographie en la réinscrivant dans une large continuité historique et au sein de l'espace francophone ; les écritures de soi, souvent réduites à leur seule prétention à calquer le monde, sont aussi des supports essentiels au renouvellement de la création littéraire.

    Sous la direction de Françoise Simonet-Tenant, avec la collaboration de Michel Braud, Jean-Louis Jeannelle, Philippe Lejeune et Véronique Montémont.

empty