Sandrine Pierrefeu

  • Partir ! Plein nord, entre Islande et Groenland... C'est là que Sandrine Pierrefeu a choisi de faire ses premiers pas de capitaine. Trois mois d'aventure qu'elle livre dans un récit plein d'humour et de poésie.

    « Ils ont l'air de mauvais poil, les glaçons. Ils halètent, soufflent, plongent et ressortent, tout dégoûtants et si puissants. «On va mourir ?» demande un passager livide. J'aurais bien fait demi-tour et contourné ce manège à manger les bateaux si nous n'avions avec nous cette tigresse de Teresa ».

    Moitié chronique locale, moitié carnet de mer, Partir 66° Nord évoque un nord drôle, rugueux et tendre à la fois. À bord des voiliers Arktika et Aurora, aux côtés de Siggy, le « Père Noël » armateur et de Sandrine, aux prises avec son nouveau métier de capitaine, on navigue, bonnet capelé, du quotidien des Westfjords islandais aux tempêtes de sable sur l'île volcan Jan Mayen, jusque dans les communautés inuits de la côte est du Groenland.

    Sandrine Pierrefeu raconte ici trois mois de voile entre l'Islande et le Groenland sur des bateaux islandais. Ou comment elle parvient à survivre au jour perpétuel, au régime ultra-carné, aux moustiques, à l'abstinence et à l'espièglerie mutique des marins nordiques grâce à l'amitié d'une Anglaise apprentie Inuit, aux bains glacés, à l'infusion citron gingembre et à l'époustouflante beauté des lieux.

    Mise en bouche :

    On dirait qu'une tornade est passée sur Aurora. Le sol est couvert de miettes et de papiers froissés. Les coffres sont ouverts. Des outils, des canettes et des boîtes de biscuits traînent partout. Les cabines passagers sont en vrac, la moquette bleue pleine de plumes (les duvets et les doudounes des clients en laissent partout), de cheveux, de débris. Quand il retrouve la parole après son second café, le skipper, amical mais comme lassé d'avance, lâche : « Pour apprendre à connaître un bateau, la meilleure manière, c'est de le nettoyer de fond en comble. L'aspirateur est là. Les produits ménagers et les gants ici. Il y a à manger dans le frigo, sers-toi et jette ce qui n'est plus bon. J'ai à faire en ville ».

    Minute ! Nous allons vivre deux mois ensemble. Nous partons dans quatre jours avec des clients dont nous avons la responsabilité, dans un coin mal famé de l'océan glacial Arctique et il me lâche ? J'ai un milliard de questions. Il est à demi dehors quand je retrouve mon souffle et réussis à lui demander où trouver le moteur. Pourquoi le moteur ? Aucune idée mais l'information, d'un coup, me paraît vitale.

  • Qu'elles soient modestes ou grandioses, sauvages ou bourgeoises, de tout temps, les îles ont fait rêver. Ce livre offre une balade magnifique au-dessus des plus belles d'entre elles...


    L'organisation thématique de ce très bel album met en avant les spécificités de chaque île.

    - Les sauvages : Hoëdic, Sein, les îles du Frioul..
    - Les désirées : Bréhat, Belle-Île, Oléron...
    - Les discrètes : l'ile aux Moutons, les Ebihens, Noirmoutier...
    - Les citadelles : l'île Du Guesclin, l'île du Langoustier, Fort Louvois...
    - les naturelles : Groix, le banc d'Arguin, l'archipel des Septs Îles...
    - les religieuses : Saint-Cado, le Mont-Saint-Michel, saint-Honorat...
    - les corsées : La Corse, les îles Lavezzi et les Sanguinaires.

    Un ouvrage richement illustré de magnifiques photos vues du ciel réalisées par Hervé Tardy, et d'aquarelles originales qui apportent une note de fraicheur.

    Une carte de localisation agrémentées de jolies illustrations ouvre chaque chapitre.
    Des extraits de chansons et des citations littéraires complètent cet ouvrage en transformant cette balade au-dessus de 47 îles qui bordent nos côtes en promenade poétique. Ces textes, qui ont valeur de témoignage, sont signés Léo Ferré, Pierre Loti, Frédéric Mistral, Prosper Mérimée, Sarah Bernhardt ou bien encore Olivier de Kersauzon.

  • A partir d'une solide recherche puisée aux meilleures sources bibliographiques, mais aussi directement auprès d'anciens réunis lors de modernes veillées contées, Sandrine Pierrefeu a prêté sa plume à ces 21 histoires légendaires. Elles ont toutes pour cadre le mystérieux pays léonard, dans le nord du Finistère.
    Sorcières, korrigans et sortilèges peuplent ces pages enchanteresses qui vibrent d'une imagination tantôt rude comme ces parages rocheux du pays des naufrageurs, tantôt burlesque et caustique comme l'âme profonde des gens qui ont la langue bretonne en partage.
    Avec bibliographie, notes sur les contes et glossaire breton-français.

  • En 1992, une poignée d'amoureux du patrimoine maritime traditionnel décidèrent de réunir à Brest des centaines de bateaux et des milliers de marins : les Fêtes maritimes de Brest étaient nées. Depuis cette date, l'événement a pris une telle ampleur qu'il est devenu le rendez-vous incontournable en Europe de toutes les marines, de tous les marins et de tous les passionnés de la mer. Des centaines de bateaux traditionnels, du cinq-mâts géant aux felouques égyptiennes, se donnent rendez-vous dans la rade tous les quatre ans.
    Ce livre retrace 20 ans de fêtes et d'aventures humaines en récit, portraits, témoignages et images. Les souvenirs des éditions passées y sont évoqués avec un lyrisme littéraire et maritime, une grande connaissance des gens et des bâtiments, et c'est aussi l'occasion de découvrir les coulisses de l'événement, dont la démesure impose une organisation sans faille.

  • Sur commande
  • Ce manuel destiné aux équipages de grands voiliers reprend en les adaptant aux contraintes contemporaines les techniques de navigation très complexes du xviii e siècle. Rédigé par Yann Cariou, commandant de l'Hermione et Sandrine Pierrefeu grande navigatrice, ce manuel récapitule l'essentiel de ce qu'un gabier doit connaître pour travailler en toute sécurité dans un grand voilier : on y trouve les règles de la vie à bord, les mesures de sécurité, le nom des voiles, des espars et du gréement, le matelotage, les termes de marine et les ordres employés au quotidien. Les principales manoeuvres sont décrites et expliquées. Un effort particulier est demandé pour l'apprentissage des 280 points de tournage présents sur le pont. À l'issue de leur période de formation et de navigation d'entrainement, les gabiers doivent avoir acquis le niveau technique d'un matelot professionnel de grand voilier.

    Sur commande
  • La « Vache à Thépaut », enfermée dans une bouée, crie pour guider les navires. Les questions se bousculent dans la tête de Jules : qui va lui donner à manger ? Combien de temps restent-elle prisonnières ? Comment choisit-on les vaches marines ? De quiproquos en grosses colères, Jules découvre finalement qu'il n'y a ni veau ni vache dans les tonneaux, malgré la « corne » qui meugle...

    Sur commande
  • Le voyage en Amérique Le voyage en Amérique de l'Hermione est un événement à plusieurs titres :
    - Il concrétise l'aboutissement du rêve insensé de reconstruire une frégate du XVIIIe siècle, sans avoir eu au départ les moyens de l'entreprendre.
    - Il s'inscrit comme symbole d'un grand moment de l'histoire des Etats-Unis : l'accession à son indépendance, au service de laquelle la France, par l'intermédiaire de Lafayette, a joué un rôle important.
    - Il célèbre une amitié de plus de deux siècles entre la France et les Etats-Unis Les constructeurs de l'Hermione ont conçus la frégate au plus près des réalités historiques. Cela se traduit dans les structures du bateau, ses équipements, ses modes de navigation et l'organisation de ses équipages.
    A l'instar de La Touche Trévise, un journal de bord Soucieux d'être totalement conforme à l'histoire il nous est apparu nécessaire, à l'instar du Lieutenant de Vaisseau Henri de la Touche Trévise, de laisser également une trace de cet événement que constitue le « grand retour aux Amériques » sous la forme d'un journal de bord. Il convient de rappeler que sans le journal de La Touche Trévise il n'aurait pas été possible de reconstituer l'épopée américaine de l'Hermione.

    Deux auteurs expérimentés.
    C'est ainsi qu'il a été proposé à Yann Cariou, commandant de l'Hermione, l'un des meilleurs connaisseurs en France des grands voiliers, de tenir un journal de bord. Au cours des discussions pour préciser le projet s'est dessiné une démarche originale : mettre en confrontation le récit d'un commandant très expérimenté avec celui d'une gabière, riche de sa passion de la mer. Cette dernière, Sandrine Pierrefeu, navigatrice de longue date, est journaliste à Chasse Marée et auteur de plusieurs livres sur la mer.
    Conception des textes Ce journal sera nécessairement composite. Il devra à la fois :
    - Rendre compte des différentes phases de navigation (météorologiques, manoeuvres, etc.) - Faire référence au passé (ce qui se pratiquait au 18e siècle par rapport à aujourd'hui) - Relater le vécu, le ressenti, les faits, les anecdotes, les moments forts.

    Sur commande
  • Des photos époustouflantes souvent prises d'hélicoptère !

    Pour réaliser ce magnifique album, Jean Guichard - photographe reconnu et spécialiste des phares depuis 1989 - a choisi avec soin parmi ses plus belles photos.
    Ce magnifique album mêle intimement photos, cartes et textes pour situer le long de notre littoral les plus beaux phares de France et nous livrer les secrets bien gardés qui les entourent.
    Le dernier gardien de phare a été relevé en 2005 (phare de Kéréon, sur l'île d'Ouessant), depuis, tous les phares ne sont plus habités et sont automatisés. De ce fait, afin de les préserver, ils sont de plus en plus nombreux à être classés monuments historiques - ce fut le cas pour 14 d'entre eux en 2010.
    Le plus ancien des phares de France et l'un des plus beaux, celui de Cordouan (estuaire de la Gironde), fête ses 400 ans en 2011. Il est classé monument historique depuis 1862 !
    Quatre thématiques ponctuent cet ouvrage et abordent des sujets variés et intéressants pour tous les amoureux des phares : la naissance du Service des phares, la vie des gardiens, l'automatisation, vers la fin des phares ?

empty