Solesmes

  • Déployer le mystère

    Hugh Gilbert

    • Solesmes
    • 2 Décembre 2020

    « Nous savons que d'année en année, le printemps, l'été, l'automne et l'hiver nous apportent toujours des nouveautés qui font le charme de l'existence. Ainsi en va-t-il de l'année liturgique et de ses saisonsde l'une à l'autre, nous évoluons, vivons ses rythmes d'une façon renouvelée, parce que nous changeons nous-mêmes et surtout parce que la Parole de Dieu, toujours vivante, nous interpelle avec de nouveaux accents, tandis que son oeuvre en nous se poursuit avec des étapes diverses.
    C'est pourquoi il est bienfaisant de profiter de la réflexion et du témoignage d'un moine qui a vécu des années au rythme de la liturgie dans le cadre de la vie bénédictine. Ce moine, devenu Père Abbé de son monastère, l'Abbaye de Pluscarden, au nord de l'Écosse, a dû commenter pour sa communauté l'année liturgique au fil des fêtes. «ronde liturgique quotidienne, hebdomadaire, annuelle, verse dans notre sein des possibilités de prière, des moyens de nous approcher du Seigneur», écrit-il. Nous sommes ainsi formés par la liturgie.
    Nous ne tournons pas en rond autour du Mystère déployé en toutes ses dimensions, dans chaque journée, chaque semaine, chaque année. Entraînés par une force ascensionnelle, nous vivons ces successions dans un élan de spirale, qui nous fait voir à chaque fois un paysage à la fois connu et sans cesse redécouvert.
    Si nous faisons l'effort d'entrer pleinement dans la liturgie, elle deviendra pour nous une véritable école de contemplation » (cf. Préface).

  • Régle de saint Benoît, avec la division des chapitres en versets. Les références bibliques sont groupées à la fin de l'ouvrage et l'index analytique donne l'explication de certains mots en ajoutant parfois le terme latin correspondant.

  • Le présent ouvrage rassemble les articles scientifiques de dom Jacques-Marie Guilmard sur l'histoire du chant grégorien, publiés dans diverses revues.
    Y sont abordés, entre autres, le répertoire de la messe grégorienne, de l'office séculier et de l'office bénédictin en chant grégorien ; les rapports entre les répertoires vieux-romain et grégorien, l'origine du « sacramentaire gélasien », l'origine de la fête du 1er janvier et des fêtes mariales en Occident etc.

  • « L'Esprit Saint déploie dans la vie des fidèles ses propres dons qu'ils ont reçus au baptême et à la confirmation, et qui leur permettent d'agir pleinement en enfants de Dieu : la sagesse, l'intelligence, le conseil, la force, la science, la piété et la crainte de Dieu. L'Esprit les conduit ainsi vers le Père, à travers toutes les rencontres humaines » (Catéchisme des évêques de France, n° 634).

    Cet opuscule reproduit intégralement l'enseignement donné sur les dons du Saint Esprit par dom Guéranger (1805-1875) dans son Année Liturgique. Il permet de se faire une idée plus concrète de l'influence mystérieuse de l'Esprit Saint en nous.

  • La richesse architecturale, religieuse et artistique fait de labbaye de Solesmes un véritable fleuron du patrimoine français et un lieu unique au monde. Pour célébrer le millénaire de cette abbaye, le Père Michel Niaussat et le photographe Jean-François Lecourt nous proposent un ouvrage dexception. Sappuyant sur de très belles photographies, louvrage sattache à retracer lhéritage remarquable de ce monastère et à valoriser la vie monastique au c½ur de labbaye, en dévoilant au public des trésors artistiques inconnus jusquà lors. Le livre est accompagné dun CD de chants grégoriens inédits pour lesquels les moines ont acquis une réputation internationale.


  • Ce volume, qui fait suite à celui consacré à la Schola cantorum, regarde en grande partie les musiciens qui sont venus à Solesmes autour des années 20. Il y sera d'abord question de Claude Debussy et d'Erik Satie, considérés dans leur rapport au chant grégorien et leurs hypothétiques passages à l'abbaye.
    Trois musiciens d'envergure sont décrits ensuite. André Caplet, d'abord, cet ami intime de Debussy qui dirigera l'orchestre de l'Opéra de Boston, notamment pour la première de Pelléas et Mélisande, en 1912. Il laisse une oeuvre de qualité et prometteuse, malheureusement interrompue par une mort précoce : la Messe à trois voix, et surtout le Miroir de Jésus, d'une grande pureté de ligne, à côté de très nombreuses mélodies pour piano, et des pièces de musique de chambre.
    Le second, André Gedalge, fut professeur au Conservatoire de Paris. Son influence fut considérable sur ses élèves dont les plus éminents furent Maurice Ravel, Debussy, Honegger, Milhaud, Enesco, Nadia Boulanger. Son oeuvre est variée : symphonies, ballets, un concerto, un quatuor, des mélodies.
    Roland-Manuel, le troisième, eut une vie toute dévouée à la musique. Il aura de grandes amitiés : Maurice Ravel, dont il fut l'élève et le biographe ; Max Jacob, pour qui il écrira la musique d'un opéra-bouffe, Isabelle et Pantalon ; André Caplet etc. Les Maritain et le Père Aubourg, moine de Solesmes, le guideront sur le chemin de sa conversion au catholicisme. Parmi de nombreuses compositions, on peut citer un autre opéra-bouffe, le Diable amoureux, trois ballets, un oratorio, de la musique de chambre, des mélodies et beaucoup de musique de films. Très cultivé et fin pédagogue, il animera pendant près de vingt ans la fameuse émission radiophonique, Plaisir de la musique.
    Enfin, citons la grande figure d'Yvonne Gouverné, fidèle amie de Caplet et de Francis Poulenc dont elle fera connaître les oeuvres. Elle dirigera également les choeurs d'oeuvres de Messiaen, Duruflé etc., et travaillera étroitement avec Charles Münch. Gustave Doret, musicien suisse, fut également lié à Debussy et à son oeuvre.
    Aussi cet ouvrage se présente-t-il comme une vaste fresque de la vie musicale et artistique des années 20, en France.

  • Parmi les textes encore inédits de dom Guéranger, l'un des plus attachants est sans doute sa correspondance avec Élisabeth de la Croix, carmélite de Meaux. Elle nous fait découvrir l'un des aspects les plus remarquables de la personnalité si riche du 1er abbé de Solesmes : son aptitude à comprendre en profondeur et à diriger ceux qui se confiaient à lui.
    C'est cette forte personnalité que dom Guéranger guida spirituellement pendant quatorze ans, une religieuse certainement de grand mérite qui reçut de réelles grâces mystiques. Les lettres de l'Abbé de Solesmes nous montrent comment il dirige une âme, comment il la conseille, la reprend, l'encourage, quels grands principes il lui rappelle constamment. En plus de son sens surnaturel si profond, il manifeste dans cette correspondance toutes les richesses de son coeur, sa bonté, son dévouement, sa patience inlassable, et aussi la pénétration de son regard et sa clairvoyance pour comprendre les difficultés et les besoins de celle qui lui demande sa direction. Les conseils sont toujours précis et fermes. Le ton est direct et franc, parfois enjoué, quelquefois sévère, mais toujours affectueux.
    Une telle correspondance est naturellement toute personnelle et intime : elle répond aux interrogations, aux difficultés, aux besoins propres d'une personne particulière. Néanmoins il se dégage de ces lettres des principes, des conseils, une expérience qui pourront aider tous ceux qui cherchent à progresser dans les voies de Dieu.

  • Les apophtegmes les meilleurs des Pères du désert commentés à la radio.

  • Richesse doctrinale et variété des formules sont les deux caractéristiques du nouveau rituel des sacrements voulu par le Concile et dont la publication est actuellement réalisée. Dans le déroulement des diverses célébrations les rubriques demandent au ministre compétent d'être attentif aux personnes et aux circonstances avant de réaliser le choix qui convient.

    C'est en tenant compte de la situation de l'abbaye Saint-Pierre de Solesmes que le présent fascicule a été composé : il doit favoriser la participation à la liturgie de l'Église pour ses membres souffrants, mais il n'entend pas prendre la place des rituels officiels : seules les rubriques nécessaires sont retenues ; plusieurs points importants n'y figurent pas, parce que supposés connus (par exemple les dispositions à apporter à la communion) ou sans objet dans le cadre envisagé (par exemple le sacrement de confirmation en danger de mort).

    Les choix réalisés dans le présent recueil peuvent évidemment être adoptés par ceux des monastères de moines ou de moniales de la Congrégation bénédictine de Solesmes qui le désireraient. Ils y retrouveront, dans la partie qui concerne les défunts, l'Ordo exsequiarum monasticus qui a été spécialement approuvé pour tous les monastères de notre Congrégation par la Sacrée Congrégation pour le Culte divin, en date du 16 Janvier 1973 (Prot., N. 166/73). Pour la première partie, concernant les malades, les choix ici opérés peuvent aussi être adoptés, si on le désire, en dehors de notre Congrégation, car ils sont tirés des livres approuvés par le Saint-Siège pour toute l'Église.

  • Psautier monastique

    Collectif

    La réforme de l'office divin demandée par le deuxième concile du Vatican a été appliquée à l'office monastique par le Thesaurus liturgicæ horarum monasticæ, approuvé le 10 février 1977 par la Congrégation pour les Sacrements et le Culte Divin, et publié par l'abbé primat de la Confédération bénédictine. Pour permettre aux moines et aux moniales de célébrer en chant grégorien l'office bénédictin ainsi rénové, les moines de Solesmes avaient publié en 1981 le Psalterium monasticum. Ils le publient maintenant de nouveau dans le présent ouvrage, en le doublant d'une traduction française destinée non pas d l'usage liturgique, mais à rendre accessible à tous ceux qui le désirent la participation à l'office monastique en chant grégorien et donc en latin, sans que l'emploi de cette langue puisse y faire obstacle. Ce livre contient le texte complet des 150 psaumes, avec les cantiques usuels de l'Ancien et du Nouveau Testament dans la version latine de la néo-vulgate, réalisée selon le voeu du dernier concile.

    Les psaumes sont répartis aux différentes heures selon l'ordre que prescrit la règle de saint Benoît, qui s'écarte peu de l'ordre numérique et permet donc aux communautés qui ont adopté une répartition des psaumes différente d'utiliser ce livre sans trop de peine. Pour les y aider, après les variantes possibles du schéma A du Thesaurus indiquées dans le corps du psautier, on a placé les schémas B, C et D avec leurs pièces propres, et les renvois aux psaumes utilisés. De plus, pour éviter de multiplier les renvois, en tête de chaque psaume, une ou plusieurs antiennes qui en sont extraites ont été insérées pour l'accompagner dans les divers schémas. Ces antiennes sont placées entre filets lorsqu'elles ne sont pas utilisées dans le schéma de la Règle.

    Il a paru bon de conserver ou de restaurer ad libitum certaines dispositions liturgiques de la Règle que le Thesaurus n'avait pas retenues, comme la prière pour les absents à la fin des heures, la bénédiction de l'abbé après la psalmodie des nocturnes, et la formule de supplication des litanies, Kyrie eleison, suivie du Notre Père, à la fin des vigiles et des petites heures.

  • De tout temps, il a existé des maîtres de sagesse à qui on allait demander une parole bienfaisante, un mot d'encouragement ou de réconfort, une maxime pouvant servir de règle de pensée et de vie. Il est arrivé parfois que ces paroles soient transmises à la postérité et continuent à produire à travers les siècles leurs effets salutaires. Tels sont les apophtegmes des moines les plus célèbres qui ont vécu en Egypte aux 4ème et 5ème siècles et que nous appelons les Pères du désert.

  • La communauté chrétienne de Philippes, en Macédoine, est la première fondation de saint Paul, pour laquelle il eut toujours une affection particulière. Son affection toute paternelle s?y manifeste, soutenue et motivée par un grand élan apostolique. Cette lettre, d?une grande portée dogmatique et spirituelle, se présente comme un véritable guide de spiritualité chrétienne, avec en toile de fond, la confiance et la joie, comme fruits de la sainteté, malgré les dures épreuves endurées par l?auteur au moment de la rédaction.
    Il n?appartient donc qu?à nous de nous laisser guider par la joyeuse et profonde tendresse de ce père spirituel que fut saint Paul pour ses enfants bien-aimés de Philippes. Le mérite de l?auteur du commentaire est de montrer combien cette épître est actuelle, pour nous chrétiens d?aujourd?hui, en quête de sainteté.

  • Ordo solesmensis

    Collectif

    • Solesmes
    • 4 Novembre 2020

    Nouvelle édition du calendrier liturgique monastique de la Congrégation de Solesmes pour l'année liturgique 2020-2021 (du premier dimanche de l'Avent - 29 novembre 2020 - jusqu'au samedi de la 33e semaine du "temps ordinaire" - samedi 27 novembre 2021). Ce livret de 125 pages entièrement en latin permet aux communautés religieuses, aux prêtres et aux laïcs qui suivent la liturgie monastique, particulièrement en chant grégorien, de connaître avec précision les livres à utiliser et les pièces à chanter pour la célébration de la Messe ou de la liturgie des Heures. Très apprécié pour la précision et la rigueur de son contenu, il donne pour chaque jour les choix possibles et donne tous les indications opportunes pour une « participation active » fructueuse à la grande prière de l'Église.

  • « Solesmes est un nom qui chante !.. Les mélodies grégoriennes, le chant de la prière de l'Église ont fait connaître l'abbaye à travers le monde.
    Mais Solesmes, c'est aussi une architecture. Une architecture également exceptionnelle, qui dit l'histoire millénaire du monastère. L'histoire d'abord du prieuré, depuis ses origines au XIe siècle, puis celle de la grande aventure de la restauration bénédictine commencée par Dom Guéranger au XIXe siècle et qui se poursuit aujourd'hui encore.
    Le visiteur est invité à découvrir l'abbaye, à parcourir ces lieux, qui sont des espaces de vie où l'appel de Dieu a rassemblé des frères pour le servir. L'église du monastère lui révélera ces chefs-d'oeuvre de l'art français que sont les ensembles sculptés des Saints de Solesmes.
    Cette brochure de 48 pages abondamment illustrée vous propose une visite à travers toutes ces richesses artistiques, en s'attardant longuement sur le trésor architectural que représentent les Saints de Solesmes. »

  • La correspondance entre Mme Swetchine et dom Guéranger révèle avant tout l'histoire d'une amitié. On est en présence de deux êtres apparemment dissemblables : d'un côté, un jeune prêtre sarthois issu de milieu modeste, et de l'autre, une femme, russe d'origine, née dans une famille de la haute noblesse vivant à la cour de Catherine II, et convertie au catholicisme depuis 1815. Ce qui réunissait surtout ces deux âmes, c'était la foi, une foi ardente, virile et communicative, à travers bien de souffrances, de difficultés, de dénigrements rencontrés.
    La publication de cette correspondance rend justice à deux figures majeures du « réveil » catholique de la première moitié du XIXe siècle. L'ouvrage du P. Hala offre la double richesse de l'intégralité de ces échanges, accompagnés d'un appareil critique très solide qui rend toute sa présence historique aux acteurs de ce renouveau.
    Il ne faudrait pas réduire ces échanges entre un moine et une « femme du monde », à un simple croisement du sublime et du futile. Ces lettres livrent les deux faces d'une renaissance. La convertie et le refondateur mêlent leurs mots et leurs actes pour aboutir à rien de moins que restaurer la vie bénédictine en France.
    Cette fraternité spirituelle est une des ces grandes amitiés, qui font l'histoire du catholicisme.

  • Antiphonale romanum t.1

    Collectif

    Les chorales de chant grégorien qui utilisent déjà le volume 2 de l'Antiphonale Romanum, pour les Vêpres, ont maintenant à leur disposition le vol. 1, consacré à la liturgie des Laudes.
    Ce livre contient l'intégralité des éléments nécessaires au chant des Laudes des dimanches et des fêtes de l'année. C'est-à-dire les hymnes, les antiennes, les psaumes et les cantiques ainsi que les lectures, les répons-brefs, les prières d'intercession et les oraisons conclusives. A cela viennent s'ajouter des antiennes d'invitatoire qui offrent la possibilité de chanter les Laudes avant la messe dominicale.
    Le livre suit les dispositions de la Liturgie des Heures, en ayant recours au patrimoine de chant grégorien contenu dans les manuscrits médiévaux et la tradition postérieure. Les mélodies proposées sont éditées conformément aux exigences de la critique musicologique actuelle.
    Ces mélodies sont présentées de manière pastorale et leur édition est adaptée aux besoins des choeurs amateurs : toutes les strophes des hymnes sont notées, et la typographie signale pour chaque verset l'adaptation des tons psalmodiques.

  • Hymnaire latin-francais

    Collectif

    Après la parution du Liber hymnarius, indispensable pour célébrer en chant grégorien la partie lyrique de l'office divin, rénové à la suite du concile Vatican II, il a paru nécessaire de publier à l'usage de ceux pour qui la langue latine peut constituer un obstacle, cette édition doublée d'une traduction française, afin de rendre accessible la beauté et la richesse de son contenu.

    Les traductions reproduites dans ce livre, destinées à une meilleure intelligibilité du texte latin, sont des traductions officielles, qui peuvent donc servir également à l'usage liturgique. Le texte français des hymnes et de la plupart des autres pièces s'accorde à ce double objet; nous avons dû cependant utiliser pour certaines pièces des traductions officielles préexistantes qui n'avaient pas le même propos de fidélité littérale. La matérialisation des vers par des barres obliques dans les traductions rythmées des hymnes a été imposée également par l'emploi liturgique possible.

  • De tout temps, il a existé des maîtres de sagesse à qui on allait demander une parole bienfaisante, un mot d'encouragement ou de réconfort, une maxime pouvant servir de règle de pensée et de vie. Il est arrivé parfois que ces paroles soient transmises à la postérité et continuent à produire à travers les siècles leurs effets salutaires. Tels sont les apophtegmes des moines les plus célèbres qui ont vécu en Egypte aux 4ème et 5ème siècles et que nous appelons les Pères du désert.

empty