Actes Sud

  • "Si vous abordez ces pages en quête de vérités que vous croyez déjà connaître ; si vous espérez être conforté dans votre vision orientaliste, ou rassuré quant à vos préjugés anti-Arabes ; si vous vous attendez à entendre l'incessante berceuse du conflit des civilisations, mieux vaut ne pas poursuivre.
    Car je ferai dans ce livre tout ce qui est en mon pouvoir pour vous " décevoir "." C'est en ces termes que Joumana Haddad s'adresse au lecteur occidental avant de lui expliquer comment elle et ses semblables peuvent être des femmes libres dans un monde arabe pourtant ravagé par le despotisme et l'obscurantisme. Mêlant témoignage personnel, méditations, poèmes, elle raconte d'abord ses premiers émois, lectrice toute jeune encore du marquis de Sade, puis son expérience d'adolescente qui grandit dans une ville en guerre, Beyrouth, puis de jeune femme écrivant de la poésie libertine, enfin de femme de quarante ans qui édite le premier magazine érotique en langue arabe.
    Tuer Schéhérazade, c'est à la fois vivre et penser en femme libre, en femme arabe et libre, comme il en existe tant... qu'on s'interdit de voir et d'entendre.


  • il n'est pas facile d'être arabe de nos jours.
    oú que l'on se tourne, du golfe à l'océan, le tableau paraît sombre, et plus encore quand on le compare à d'autres régions du monde, y compris les plus démunies. pourtant, ce "malheur" n'a pas toujours été. en plus de l'âge d'or de la civilisation arabo-musulmane, il y eut un temps guère lointain oú les arabes, redevenus acteurs de leur histoire, pouvaient se projeter avec optimisme dans l'avenir. comment en est-on arrivé au marasme actuel ? comment est-on parvenu à faire croire aux arabes qu'ils n'ont d'autre avenir que celui que leur destine un millénarisme morbide ? comment a-t-on pu déconsidérer une culture vivante pour communier dans le culte du malheur et de la mort ? a ces questions qui tourmentent beaucoup d'arabes, l'auteur cherche à apporter des réponses à la fois nuancées et originales.
    revisitant l'histoire contemporaine, il remet en perspective l'irruption de la modernité en terre arabe et la faveur qu'elle reçut. loin de se focaliser sur les élites, il montre l'ampleur des mutations qui ont bouleversé le temps social, au moins jusqu'au début des années 1970. sans prétendre proposer une recette miracle pour sortir du malheur, samir kassir en montre la possibilité en soulignant que rien, et notamment leur héritage culturel, ne devrait empêcher les arabes d'être de nouveau les sujets de leur propre histoire.


  • Depuis le blocage du processus d'Oslo, l'idée de réunir Palestiniens et Israéliens dans un seul et même Etat a été relancée. Selon ses partisans, l'option uni-étatique serait la seule à même de régler tous les aspects de la question palestinienne, y compris le problème des réfugiés. Cet ouvrage collectif se propose de clarifier le débat en prenant en considération les dimensions actuelles, juridique, démographique, économique, politique et diplomatique du conflit israélo-palestinien.

    Sur commande

  • il était une fois mohammed al-hardan, journaliste et écrivain palestinien vivant en exil au koweït.
    sous le nom de mohammed al-asaad, il publia en 1991, en arabe, un récit poétique évoquant son village natal, près de haïfa, attaqué et détruit par l'armée de l'état d'israël le jour de sa création, le 15 mai 1948. un éditeur français adressa cet ouvrage en lecture à un journaliste et écrivain israélien bien connu, joseph algazy. conquis par l'émotion qui se dégageait du texte, celui-ci accepta avec enthousiasme de rédiger une postface expliquant la naissance et l'évolution de la question des réfugiés palestiniens.
    restait à localiser mohammed al-asaad. joseph algazy se mit à sa recherche, visita les lieux de son enfance, remua à ce point ciel et terre qu'il finit par retrouver sa trace. il lui proposa aussitôt d'écrire ensemble un livre retraçant leur itinéraire. françoise germain-robin, journaliste à l'humanité, se chargea d'orchestrer leur dialogue en juin 2004 et réunit les deux hommes dans un village des flandres.
    mohammed et joseph revisitèrent leur propre vie et l'histoire de ces soixante dernières années, en commençant par les événements de 1948, cette nakba (catastrophe) qui avait fait de mohammed un réfugié apatride, et, plus tard, de joseph un israélien.

    Sur commande
  • Au moment où le faux débat sur l'"identité nationale" se fourvoie dans l'islamophobie, il est plus que jamais nécessaire, pour penser l'islam et le monde musulman, de les affranchir du sujet théologico-politique.

  • Qu'elles soient étatiques ou privées, libres d'accès ou cryptées, les chaînes télévisées qui diffusent en arabe par satellite se comptent aujourd'hui par centaines. Certaines, celles dont on parle le plus à l'étranger, diffusent de l'information en continu, mais la plupart sont restées généralistes et proposent des émissions tantôt directement inspirées des modèles en vigueur sur toutes les télévisions du monde, tantôt plus fidèles aux traditions culturelles locales.
    Une autre révolution, tout aussi spectaculaire, est celle de l'Internet. Malgré les multiples obstacles sociaux, techniques, économiques, culturels, la Toile qui relie tous les points du monde arabe se fait chaque jour plus serrée. Après une première vague qui a vu se multiplier les sites de journaux, de revues, d'associations en tout genre et même de partis, offi ciels ou interdits, ce sont les blogs qui surgissent aujourd'hui sur tous les sujets.
    Venus de tous les horizons, arabes ou non, les chercheurs réunis dans cet ouvrage ont en commun de prendre au sérieux cette révolution de l'information dans laquelle, incontestablement, sont entrés les pays arabes.
    Leurs observations partent de ce qui s'affiche sur les écrans des télévisions et des ordinateurs arabes, mais pour s'interroger, en amont, sur les hommes et les capitaux qui ont rendu possible la diffusion de ces images, et, en aval, sur les pratiques qui donnent à ces propositions largement immatérielles un écho dans la réalité.

  • L'idée de la longue conversation transcrite dans ce livre est née au moment où le gouvernement français a lancé le faux débat sur "l'identité nationale". Faux débat parce qu'il partait d'une vision crispée de l'identité, qui se prévalait de l'inquiétude, voire parfois de la peur panique, de ce qui pourrait advenir de la France et des Français dans un monde en mouvement qui bouscule les vieux repères comme jamais auparavant. Les trois auteurs, dont deux ne sont pas français de naissance mais qui se retrouvent avec des papiers d'identité qui leur assignent un pays, la France, se proposent de définir le rapport que chacun d'eux entretient avec ce pays, son histoire, sa géographie, sa société, sa vie politique, sa culture. S'estimant passeurs, ils expliquent pourquoi et comment ils sont eux-mêmes passés d'un pays à un autre, d'où ils sont venus, l'idée qu'ils avaient de la France avant de s'y installer, leurs cheminements depuis leur arrivée, les événements et les rencontres qui ont fait d'eux ce qu'ils sont devenus aujourd'hui.
    Tout au long de cette conversation, les propos ne sont jamais purement intellectuels mais combinent expérience vécue et réflexion. Au passage sont ainsi concrètement abordés des problèmes brûlants comme l'immigration et le multiculturalisme, l'intégration et l'assimilation, la laïcité et la citoyenneté. Pour terminer sur cette question : comment trouver un imaginaire commun de l'ici et de l'ailleurs, du plus proche et du plus lointain ?

  • S'il existe une "question de jérusalem", et si cette question est réputée difficile, voire insoluble, c'est qu'on y mêle toujours le sacré et le profane, le religieux et le politique, si bien qu'elle se trouve repoussée hors du champ d'application des principes communs du droit international.
    A cet égard, sans remonter jusqu'aux croisades, on sait comment les puissances, il y a trois siècles, se sont disputées la protection des lieux saints chrétiens afin de justifier leurs convoitises coloniales au levant. de même, depuis 1967, la puissance occupante prétend exercer sa souveraineté exclusive sur jérusalem, au mépris des résolutions de l'onu, en arguant de la signification symbolique de cette ville pour le judaïsme.
    Le présent ouvrage se propose d'abord de revisiter l'histoire mouvementée de jérusalem, surtout depuis l'avènement de l'islam, non pour revendiquer une quelconque prééminence d'un monothéisme sur les deux autres, mais, au contraire, pour mieux souligner la vocation universelle et plurielle de la ville trois fois sainte. vocation contrariée de nos jours, du fait de la politique israélienne d'annexion et de colonisation, mais qu'une solution équitable, dont les grandes lignes sont ici esquissées, pourrait enfin favoriser.

  • Armé solennellement dès 1948 par l'onu et réaffirmé depuis lors pendant près de cinquante ans par les grandes puissances, y compris les etats-unis, le droit au retour des réfugiés palestiniens est à présent dénié et décrié plus que toute autre revendication palestinienne.
    Non seulement en raison des réparations qu'il implique, humaines et financières, mais aussi et surtout parce qu'il rappelle aux israéliens ce qu'ils préfèrent oublier : les conditions réelles dans lesquelles israël a été fondé - et la palestine rayée de la carte. cet ouvrage, qui constitue avec jérusalem le sacré et le politique, un diptyque original sur les dossiers les plus difficiles du conflit israélo-arabe, se propose d'expliquer pourquoi le droit au retour est jugé inaliénable et imprescriptible par les palestiniens.
    Il voudrait, en particulier, montrer que sa prise en compte par israël, comme cela a été esquissé lors des négociations de taba en janvier 2001, ne met en cause ni l'existence ni le caractère juif de cet etat, mais pourrait devenir, au contraire, l'acte inaugural d'une véritable réconciliation israélo-palestinienne et judéo-arabe.


  • l'occupation américaine de l'irak constitue indéniablement un tournant capital dans l'histoire contemporaine du moyen-orient.
    au-delà des prétextes invoqués par l'administration bush - et qui se sont révélés fallacieux -, les néo-conservateurs qui ont conduit l'opération ne cachaient pas leur volonté, une fois l'irak sous leur tutelle, de procéder au "remodelage du moyen-orient". cet ouvrage collectif; auquel ont participé sept spécialistes de premier plan, se propose de traiter de la question irakienne sous l'angle de ses enjeux sur le plan régional.
    quelles sont les constantes et les variables de la politique des etats-unis dans la région ? en quoi l'europe est-elle concernée par l'américanisation du moyen-orient ? la démocratisation est-elle réellement à l'ordre du jour dans le monde arabe ? gomment se pose désormais le problème des minorités ? quelles sont les conséquences de l'occupation sur le marché pétrolier ? assiste-t-on à la fin du système régional arabe, et notamment de la ligue des etats arabes ? le projet d'etat palestinien indépendant et viable est-il définitivement enterré ?.


    Sur commande
empty