Littérature traduite

  • "Dans la chambre, des ombres se profilent, mais je ne vois pas celle de Georg Henig. Jamais je n'ai ressenti la solitude aussi intensément". Ballade pour Georg Henig raconte une magnifique histoire d'amitié entre un vieux luthier tchèque, Georg Henig, et un enfant de ¬Bulgarie, Victor. Au-delà des sentiments et de la trans¬mission du savoir, c'est l'amour de l'Art qui est ici chanté, et nous ne sommes pas près d'oublier la chanson du bois dont sont faits buffet et violons...
    Un livre merveilleux et tendre, qui a obtenu dans son pays - où il est devenu un best-seller - le prix de la Meilleure Ouvre en prose. "Dans un récit à la fois réaliste et magique - où la description d'un quartier pauvre de Sofia alterne avec les dialogues du vieux Georg et de ses Ombres, tous les morts de son entourage qui viennent lui rendre visite chaque soir -, Victor Paskov raconte l'ultime sursaut du maître qui décide de créer un violon extraordinaire, son ultime oeuvre d'art, un violon pour Dieu.
    ? " Alain Salles, Le Monde "Cette Ballade est une petite merveille, un hymne à la musique en guise d'air de la liberté. C'est aussi un acte de combat, un livre politique dans le meilleur sens du mot [... ] Paskov sait brosser en quelques lignes des vignettes dignes de Woody Allen, extrêmement drôles et profondément mélancoliques. ? " Tzvetan Todorov, Le Nouvel Observateur "Il y a beaucoup de tendresse dans ce roman à la fois charmant et poignant.
    Beaucoup de désenchantement aussi. Et une amitié très forte entre un enfant et un vieillard, amitié qui débouche sur une sorte d'héritage non matériel : le don de l'amour d'un métier." Pierre Maury, Le livre du jour "Ce roman poétique et musical plonge le lecteur au coeur de l'âme slave. La joie et la mélancolie trouvent leur résolution dans une harmonie délicate, tout comme l'humour dont use Paskov tout au long d'une promenade largement autobiographique.
    " Béatrice de Villaine, Le Quotidien de Paris Victor Paskov, né à Sofia (Bulgarie) en 1949, diplômé du Conservatoire de Leipzig, était musicien, cinéaste et écrivain. Il est mort en 2009.

  • «?Il se rendit compte avec un tressaillement pénible qu'il y avait, à l'arrière-plan de son existence, une page de sa vie toute différente de celle où il l'avait rencontrée pour?la première fois.?» Lydia a quitté son mari pour Gannett. Les deux amants voyagent à travers l'Europe et vivent librement leur passion, mais le poids des conventions sociales a vite fait de les rappeler à la réalité...
    Waythorn et Alice reviennent à New York après leur lune de miel. Si pour lui c'est un premier mariage, Alice en est à son troisième, mais Waythorn n'en a cure... jusqu'à ce que les ex-maris de sa femme se présentent à sa porte?!
    Edith Wharton peint avec humour et justesse les portraits de femmes libres et modernes qui défient la société.

    Sur commande
  • «?Il veut ce qu'il y a de plus simple, que leurs regards se croisent et que se renouvelle ce qui a toujours été.?» D'une partie de foot au premier baiser, il n'y a qu'un pas que Giulia, la petite Milanaise, et Salvatore, natif de cette île italienne qui frôle les côtes africaines, franchissent avec allégresse. Mais lorsqu'ils font l'amour pour la première fois, avec une infinie douceur, une infinie tendresse, sur une plage connue d'eux seuls, et qu'ils voient surgir des vagues le corps ballotté d'un jeune garçon qui se cherchait un autre destin, c'en est fini de l'insouciance. La vie, dans sa complexité et sa violence, les saisit à bras-le-corps en leur offrant ce spectacle de la mort.
    Les tortues reviennent toujours est le genre de roman qui habite son lecteur, qui s'installe en lui pour longtemps. Sensuelle histoire d'amour, tragique récit de naufrages en Méditerranée : c'est la rencontre du fracas des vagues et de la douceur des murmures qui fait de ce texte une véritable pépite...

    Sur commande
  • « Le terme «populisme», comme avant lui (et toujours) celui d'extrême droite, nécessite, pour être utilisé avec pertinence, une définition académique aussi précise que possible. Telle est l'ambition, amplement réussie, de Cas Mudde et de Cristóbal Rovira Kaltwasser dans cet ouvrage, qui, fait rare, combine les perspectives européenne, nord-américaine et latino-américaine. Et retenons ce qu'il faut à tout prix éviter : faire des électeurs des partis populistes des citoyens ignorants et incapables. Il faut plutôt argumenter de manière raisonnable. C'est une approche à laquelle nous ne pouvons que souscrire. Elle suppose préalablement une connaissance fine et étayée du problème. Ce livre donne à chacun les moyens de l'acquérir. » Jean-Yves Camus, préfacier

    Sur commande
  • " Il n'est rien peut-être de plus vietnamien dans l'esprit que la souplesse d'écriture de cet écrivain qui sait alterner langage cru et métaphore afin d'exprimer l'exil intérieur d'un être broyé par des années de boue et de plomb. " Philippe Franchini, l'Express.
    " C'est la vie quotidienne de son pays que raconte Nguyên Huy Thiêp dans le Coeur du tigre, mais il y est aussi beaucoup question de légèndes : elles brillent comme un tapis de chrysanthèmes sauvages sur une terre recouverte de larmes et de cendres. " André Clavel, l'Événement du jeudi.
    " Nguyên Huy Thiêp, le plus grand écrivain vietnamien d'aujourd'hui " Jean-Pierre Han, la Croix

  • La mère de tous les cochons Nouv.

    La famille Sabas, de confession chrétienne, vit dans la banlieue d'Amman, la capitale jordanienne. Ce roman raconte son histoire. Celle d'Hussein, le boucher.
    Et surtout celle de maman Fadhma, qui veille sur les siens. De Laila, qui lutte pour ne pas sombrer dans l'amertume malgré le renoncement à ses rêves. De Samira, militante auprès des réfugiées syriennes. De Muna, la cousine fraîchement débarquée d'Amérique.
    Ce roman raconte aussi l'histoire d'oum al-Khanaazeer, la truie par laquelle arrivera tant le succès que la folie des hommes. Il est enfin le récit d'un pays, d'une époque - la nôtre -, d'une culture. Sans nul doute, Malu Halasa a mille choses à nous dire... Magistral.

  • Prenez un homme d'affaire surmené, des escrocs pleins d'imagination, une caissière méthodique, des cow-boys solitaires, des jeunes filles qui rêvent de mariage, un pharmacien amoureux et des amis loyaux, ajoutez-y quelques situations cocasses, une bonne dose d'humour et saupoudrez de tendresse... T elle est la recette des nouvelles de O. Henry qui, du Far West à la Cinquième Avenue, surprennent par leur diversité et leur modernité. À consommer sans modération !

    Sur commande
empty