Histoire

  • Michelle Perrot rend hommage à trois figures féminines du XVIIIe et XIXe siècle. Trois femmes de lettres qui ont marqué leur époque en s'engageant contre la violence de l'ordre établi. Trois vies soumises à la brutalité de l'opinion publique et de la sphère privée.
    Olympe De Gouges (1748-1793), auteur de la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne », rabaissée, méprisée puis guillotinée à la sortie de la Révolution qu'elle avait tant souhaitée. Flora Tristan (1803-1844), harcelée à mort par son mari, voyageuse infatigable (Pérou, Angleterre, tour de France), qui avait pour ambition d'unifier le monde ouvrier. George Sand (1804-1876), « l'égérie de la révolution de 1848 » selon ses adversaires, amie de Balzac, Dumas, Flaubert et pourtant dédaignée, par misogynie et jalousie, par une grande partie de la société.
    Dans ses portraits enrichis des textes des trois auteurs, Michelle Perrot réhabilite la mémoire et l'héritage de personnalités longtemps oubliées et qui ont tant contribué à la cause des femmes.

  • Le 7 novembre 1987, Habib Bourguiba, 86 ans, président de la République tunisienne depuis 30 ans, est destitué par son Premier ministre Ben Ali. Il marque ainsi l'épilogue de 60 ans d'une carrière exceptionnelle, d'un destin hors du commun patiemment construit par un homme convaincu d'être supérieur aux autres. Pour comprendre cet homme, il faut fouiller les jeunes années, retracer les étapes d'une lutte de 30 ans pour la libération de son pays qui s'achève sur une apothéose : le 25 juillet 1957, jour de la proclamation de la République, Bourguiba devient le chef incontesté de la Tunisie indépendante. Pendant près de vingt ans, il va s'attacher à construire une Tunisie moderne, ouverte sur l'extérieur, solidement ancrée à l'Occident, mais c'est une Tunisie menée d'une main de fer, vouée à la célébration du culte du « chef suprême », où l'expression de toute différence est interdite. Fragile équilibre dont la précarité se manifestera dès l'entrée de Bourguiba en maladie.
    Suivront les années de lutte pour la succession, des années de contradictions dans un pays en pleine mutation, asphyxié par un autocrate vieillissant.

    Réédition du Bourguiba paru en 2 vol. aux éd. Jeune Afrique (1988).

empty