Voix D'encre

  • Bierce l'amer, le Diable hilare, le Tout-puissant Dieu Bierce, l'individu le plus méchant de San Francisco, telles sont les aimables qualifications dont fut gratifié Ambrose Bierce, cette imposante figure des Lettres américaines que Jacques Sternberg tient pour "la figure de proue de l'humour noir". Plus adulé et plus haï que personne, il fut le maître incontesté de la formule assassine, corrosive et sans merci pour toutes les faiblesses d'une créature qui passe pour pensante. L'obstiné lexicographe de nos imperfections... Le présent ouvrage rassemble un bouquet épineux de plus de 600 articles du Dictionnaire du diable, autant de définitions retrouvées bien après la disparition de leur auteur et non traduites en français jusqu'à ce jour.

    BOMBE - Argument de l'assiégeant en faveur de la capitulation, mis avec doigté à la portée des femmes et des enfants.

    COMÉDIE - Le métier du politicien, la science du médecin, le savoir des critiques, la religion des prédicateurs à sensation, en un mot le monde.

    DÉFILÉ - Une multitude de fieffés crétins qui ont oublié de cultiver le sens du ridicule.

    FAUNE - Terme général désignant les diverses bêtes qui infestent n'importe quel endroit, à l'exclusion des animaux domestiques, des ménageries ambulantes et des Démocrates.

    GYMNASTE - Individu qui met sa cervelle dans ses muscles.

    HONNÊTE - Entravé dans sa conduite.

    IMPOSTURE - La vie du commerce, l'âme de la religion, le leurre de la galanterie et le fondement du pouvoir politique.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Ce livre est un voyage à travers le royaume minéral qui nous côtoie ou nous habite.
    Portés par une commune intuition, poète et peintre nous guident, au fil de leurs portraits de pierres, dans la profondeur originelle de l'univers vivant.
    Fabienne?Verdier : "Il suffit de broyer un peu d'encre pour que l'alchimie du pin, du musc et du camphre nous donne la clé des songes."

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • « L'inspiration poétique est la forme occidentale de la Voyance. » a écrit Roger Gilbert-Lecomte. En 1928 il crée avec René Daumal Le Grand Jeu, un mouvement qui n'est pas « un groupe littéraire, mais une union d'hommes liés à la même recherche » et tous épris de cette révolte « capable de bien des miracles ».
    Pour répondre à sa quête d'absolu il s'est livré au long dérèglement de tous les sens voulu par Rimbaud . « Il est un des rares poètes d'aujourd'hui, affirme Antonin Artaud, à cultiver cette forme de lyrisme violent, noueux, torride, ce lyrisme en cris d'écorché, qui se pare de mots abrupts, d'images-forces, où la convulsion et le spasme rendent le son de la nature en plein travail. »

    Sur commande
  • Fenetres

    Adonis

    Sur commande
  • « Des amis sont dans la peine. Et je les sens si proches. C'est, je crois, ce ciel tendre et léger, tout de pastels bleus et roses et blancs qui pose leur présence ici, tout près, dans l'espace où je suis, assise, un livre ouvert sur les genoux, et oublié. C'est la lumière aiguë et fraîche qui griffe la neige des sommets, c'est la douceur de l'air, peut-être tout ce que l'on voudrait offrir et partager qui doit assurer ce transport de présences aimées. Il penche son grand corps vers celle qui somnole, il tient ses mains et dans ses lointains elle sent les forces qu'il transfuse, elle reconnaît les mains familières et sans doute lui dit-il en silence ce ciel tendre et frais, la lumière aiguë, la douceur de l'air, la jeunesse de la neige. » B. Engel-Roux.

    Sur commande
  • « Dieu a tout fait de rien. Mais le rien perce », ironise Paul Valéry dans l'une de ses "Mauvaises pensées". Ou bien : « La vie... cet aperçu ». Sans doute, mais un aperçu qui mérite qu'on s'y attarde pour le scruter au plus vif. Rien de plus essentiel que d'approcher ses intimes rouages, ce moi plein de secrets par une pensée morcelée, aussi légère qu'attentive, aussi profonde que dansante. Que d'approcher la mue opulente du monde si l'on veut s'élargir tout en en goûtant les incessantes nuances, les multiples frissons.

    Sur commande
  • A. Yterce : Hanté, effrayé de vivre, Trakl sait que rien n'a de sens dans un monde homicide, plus vide qu'un sang sevré. C'est pourtant ce monde brisé qu'il désire subir jusqu'au bout pour écrire et révéler dans les atmosphères de la nuit, de la mort et de la folie les dégradations d'une société qui condamne jeunesse et beauté à la souffrance, à l'aliénation, à la guerre, à la mort, au néant.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Certains lacs ont un goût de montagne et de neige qui rend fou de joie le nageur, d'autres, Gafsa, Baïkal, n'ont que leur sonorité pour glisser sous la langue...
    Tout commence avec le lac d'enfance, Aiguebelette

    Sur commande
  • Habiter l'arbre

    Emmanuel Merle

    Sur commande
  • Né à Paris en 1939, poète, critique et essayiste, Bernard Mazo a publié une dizaine de recueils dont La cendre des jours (Voix d'encre, 2009 - Prix Max Jacob 2010), Cette absence infinie (L'Idée bleue, 2004), La vie foudroyée (Le Dé bleu, 1999) et un essai : Sur les sentiers de la poésie (Melis Éditions, 2008).
    Il figure dans plusieurs anthologies dont Poésie de langue française, 144 poètes d'aujourd'hui (Seghers, 2008), L'Anthologie de la poésie française (Larousse, 2007), La Poésie française contemporaine (Le Cherche Midi, 2004).

    Sur commande
  • Meisho-e : dans la tradition picturale nippone vues célèbres, ces estampes bien connues depuis les Trente-six vues du Mont Fuji de Hokusaï ou les Cent vues d'Edo de Hiroshige. Quatre-vingt-onze vues d'un Japon septentrional : les photos ici ne saisissent nullement des lieux fameux chargés d'histoire ou de littérature, mais quelques scènes glanées dans le T?hoku et à Hokkaid?, tout au nord de l'archipel.
    Des scènes surprises dans la ville de tous les jours, entre néons et marchés, gratte-ciel et sanctuaires. Des scènes d'une nature très présente avec ses jardins ciselés et ses brumes, ses monts et ses rochers expressifs.
    Quatre-vingt-onze vues de l'ordinaire, du fugace et de l'intemporel, du sauvage et de l'ouvragé. Des éléments et de l'imaginaire mêlés. Des vues assurément subjectives d'un Japon parmi mille. D'un Japon d'hier et d'aujourd'hui. D'un peuple qui compose en toute occasion. Avec un pinceau, un sabre, un arc, trois vers ou deux baguettes. Avec bois, paille et papier, avec arbres, pierres et fleurs. Avec le silence, le vide. Autant de voies.

    Sur commande
  • Bierce l'amer, le Diable hilare, le Tout-puissant Dieu Bierce, l'individu le plus méchant de San Francisco, telles sont quelques-unes des aimables qualifications dont fut gratifié Ambrose Bierce, cette imposante figure des Lettres américaines qui disparaîtrait à jamais en 1913 dans un Mexique en proie à la fièvre révolutionnaire. Le présent ouvrage rassemble un bouquet épineux de plus de 600 articles du Dictionnaire du diable, autant de définitions retrouvées bien après la disparition de leur auteur et non traduites en français jusqu'à ce jour. Jacques Sternberg tenait le plus caustique des lexicographes pour la "figure de proue de l'humour noir".

    Sur commande
  • L'enfance en crue a pris d'assaut mes pages. Ses voix brisées, ses digues de silence, sa maison rougie au fer et ses poussées dans le noir se sont imposées à moi comme un attentat, que j'ai laissé glisser au tamis du poème.

    Elle a plu derrière ses yeux pour épargner la mère Elle a tendu la joue pour être en ligne avec le ciel fou au-dessus d'elle Elle s'est rasée la tête et ses cheveux pendus font office de conteur Tout entière dans les plis de la mère, son ombre incapable de suivre les contours déchaînés de leurs corps a disparu pour de bon.

    Sur commande
  • L'homme nu

    Eqrem Basha

    Le poète, nouvelliste et romancier albanais Eqrem Basha est né en 1947, dans la province de Dibra (Macédoine), et fait ses études à Prishtina, où il réside. Il est le cofondateur de la maison d'édition Dukagjin, à Pejë, et a exercé, durant un temps, la profession de journaliste. Il a publié, à ce jour, dix recueils de poésie, quatre volumes de nouvelles et quatre romans, dont l'un, L'Alpiniste, a été traduit en anglais. Il a écrit, également, pour le cinéma et la télévision, et commis des études sur l'art. Il a traduit plusieurs auteurs français du théâtre de l'absurde, ainsi que Lévy-Strauss et le poète italien Ungaretti. Il a lui-même été traduit dans divers pays d'Europe et d'Asie, et une sélection de ses nouvelles a paru chez Fayard en 1999. Eqrem Basha est membre de l'Académie des Sciences et des Arts du Kosovo.

    Sur commande
  • « Pyrénées, ah... J'étais bientôt chez moi dans les sédiments primaires, les séries hercyniennes, les intrusions magmatiques et les complexes morainiques. J'entends chez moi dans un sens profond. Je parlerais volontiers d'une sorte de géologisation de l'être - quelque chose qui pénètre plus loin que la psychologie, jusque dans l'os, si je puis dire. Je reviens encore et toujours à ce territoire ontologique extrême. Dans un vieux poème que j'aime, il est dit : Quand tu auras atteint le sommet de la montagne, continue à marcher. Après le premier satori, sur le haut chemin de l'éclaircissement, il y en a d'autres, de plus en plus subtils.» (Kenneth WHITE) Illustrations : Lithographies et encres de Serge Saunière

    Sur commande
  • Sur commande
  • Partir de peintures et de dessins pour susciter des textes, assurer la trajectoire des pigments aux mots, faire vibrer des correspondances selon les styles et inspirations de chacun des artistes et écrivains. Partir à la découverte de quatorze cheminements entre peintres et écrivains où se façonnent les signes de l'écriture en regard des constructions picturales.
    Donner ainsi à cet ouvrage conçu par Jörg Hermle et Alain Miquel une tonalité particulière.

    Denis Pouppeville - Gilbert Lascault Eduardo Zamora - Bernard Chambaz Victor Soren - Claude Louis-Combet Béatrice Bröder - Anne-Laure Chanel Daniel Livartowski - Vincent Wackenheim Joanna Flatau - Pascale Mérode Abraham Hadad - Marie Nicollas Bernard Thomas-Roudeix - Jean-Durosier Desrivières Elisabeth Walcker - Liliane Ravera Tudor Banus - Claude-Lucien Cauët Jörg Hermle - Jean-Yves Simon Xavier Bureau - Jean-Noël Cuenod Claude Yvetot - Gérard Gantet Kristian Desailly - Pierre Jourde

    Sur commande
  • T'ang Haywen (1927-1991), calligraphe de l'invisible d'origine chinoise, ayant vécu à Paris dès 1948, recréait inlassablement le monde d'un pinceau à la fois délicat et puissant. Ce fut un prince en exil voyageant incognito et ne possédant que son oeil de phénix pour édifier un univers d'encre et de merveilles. Ainsi élaborait-il d'éblouissantes cosmogonies dans son modeste atelier de Montparnasse. C'est là que je lui rendais visite, au seuil des années soixante, tout au bonheur de le regarder peindre avec des mines de chat somnambule. Notre amitié dura jusqu'à son décès survenu à 64 ans. « La mort, m'avait-il confié avec un sourire énigmatique, ne met pas fin à nos rêves ».
    En effet, depuis sa disparition, son oeuvre, de plus en plus visible à travers le monde, fait peu à peu de lui l'un des artistes marquants de la modernité aux côtés de Zao Wou-Ki et de Chang Dai-Chien.

    Sur commande
  • Voix d'encre, 30 ans

    Collectif

    Sur commande
empty