• Lubitsch à Hollywood

    Katalin Pór

    • Cnrs
    • 10 Juin 2021

    Quand il arrive à Hollywood, Ernst Lubitsch est déjà un cinéaste prestigieux. L'aura dont il jouit et la diversité des fonctions qu'il occupe lui permettent d'y mener une action hors du commun.
    En observant la manière dont il travaille au sein de cet environnement particulier, Katalin Pór revient sur ses relations avec les structures de production hollywoodiennes. Comment parvient-il, au sein même de cette organisation hyper-normalisée, à imposer ses propres conceptions du travail créatif?? Ses interactions avec les différents studios peuvent être lues comme autant d'efforts pour lui permettre de travailler dans une relative autonomie, sur des projets qui l'intéressent, avec des collaborateurs librement choisis, et selon ses propres méthodes.
    Quel est l'apport de Lubitsch au cinéma hollywoodien?? Il y conçoit et réalise des films, évidemment, mais opère également des recrutements, fait acheter des répertoires de pièces, transforme le fonctionnement de certains studios... Son action hollywoodienne peut être assimilée à une véritable politique, d'une grande cohérence, guidée par deux questionnements poétiques fondamentaux?: sur la nature de la comédie, d'une part, et l'articulation entre musique et cinéma, de l'autre.
    Voici le portrait d'un «?Lubitsch au travail?», à la fois artiste et homme de pouvoir, à Hollywood.

    Sur commande
  • Làszlô Fodor, Làszlé Bus-Fekete, Menyhért Lengyel, Istvàn Békeffi.
    Aujourd'hui totalement oubliées, les pièces de ces dramaturges hongrois sont pourtant à la source de certains chefs-d'oeuvre de la comédie hollywoodienne, de The Gond Fairy à The Jewel Robbery, en passant par Top Hat. Elles inspirent particulièrement Ernst Lubitsch, qui réalise quatre films à partir de ce répertoire : Trouble in Paradise, Angel, The Shop around the Corner et Heaven Can Wait. Les années 1920 et 1930 voient en effet l'arrivée en Hongrie d'un nouveau genre théâtral, les pièces à succès pensées pour un public populaire, elles hésitent entre représentation réaliste et mise en scène des désirs des spectateurs, pour raconter le parcours de personnages volontaires s'efforçant de s'élever au-dessus de leur condition.
    Elles obtiennent immédiatement un large succès en Hongrie et se diffusent rapidement en Europe. Ce répertoire est ensuite importé à Broadway, avant d'être massivement acheté par les studios hollywoodiens. Leur adaptation à l'écran est le fruit d'un travail minutieux d'interprétation et d'appropriation. Loin de les envisager comme de simples réservoirs de trames ou de contenus narratifs, les adaptateurs s'emparent des spécificités de ces pièces, et notamment de l'ambivalence de leur rapport au réel.
    Entre mises en scène, mystifications et prolifération des récits, c'est avant tout la force créatrice de la fiction qui se trouve réaffirmée dans ces comédies hollywoodiennes. Animés d'une vitalité hors du commun, les personnages s'y séduisent par leur capacité à inventer un monde qui se plie à leurs désirs. L'environnement qui se déploie dans ces films assume et thématise son artificialité : instable, en recomposition permanente, il se soumet aux comédies des personnages qui l'habitent.
    Ceux-ci imposent leurs visions, leurs exigences et leurs envies, et réinventent le monde comme ils se réinventent eux-mêmes.

    Sur commande
empty