Flammarion

  • Le texte fondateur de la philosophie moderne et de la raison occidentale. Son approche déductive, fondée sur la vérification des évidences, apporte une nouvelle architecture à l'édifice du savoir. Avec un dossier comportant des extraits commentés, organisés autour de thèmes tels que la méthode et la connaissance, la morale, la métaphysique, la physique ou encore la physiologie.

    Sur commande
  • L'expérience d'une pensée rigoureuse ne peut se faire par procuration.
    Il faut métaphysiques se ménager du temps, du loisir et de l'attention pour enfin penser par soi-même, sans maître, sans approximation, sans préjugé, sans précipitation. Ainsi l'expérience de pensée que nous présente Descartes dans les Méditations métaphysiques n'est-elle pas simplement un témoignage exemplaire. Elle décrit et met en scène les exercices de l'esprit nécessaires pour entamer un parcours philosophique.
    Comme l'écrit Husserl, "ces méditations dessinent le prototype du genre de méditations nécessaires à tout philosophe qui commence son oeuvre, méditations qui seules peuvent donner naissance à une philosophie". Cette édition comprend une présentation, le texte français des six méditations éclairé par des notes de bas de page, une chronologie et une bibliographie.

  • Outre les Méditations métaphysiques, données en version bilingue, ce volume comporte plusieurs écrits éclairant l'oeuvre :
    Les Objections faites contre les Méditations, par différents philosophes et théologiens (parmi lesquels Hobbes, Arnauld, Gassendi.), les Réponses de Descartes à ces Objections, ainsi que plusieurs lettres de Descartes.
    Édition relookée, corrigée et mise à jour.

    Sur commande
  • L'homme

    René Descartes

    Ce traité philosophique est une fiction : Descartes nous raconte l'histoire d'une «statue ou machine de terre» créée par Dieu, qui en apparence et dans sa structure est semblable à un être humain. Défenseur d'une science nouvelle, il conçoit le fonctionnement de cette machine qu'il appelle «homme» en se fondant uniquement sur les lois de la mécanique, sans faire intervenir des principes métaphysiques qui ne pourraient être vérifiés par l'expérience. Si cette approche marque son originalité absolue par rapport aux traités d'anatomie antérieurs, elle conforte les accusations de matérialisme qui appuient la mise à l'index de son oeuvre par les autorités religieuses.
    Près de quatre siècles plus tard, à l'heure du transhumanisme, L'Homme suscite un regain d'intérêt dans le domaine des neurosciences et des sciences cognitives. Car l'enjeu reste le même : la recherche du «vrai» homme, ou de l'homme complet, vers lequel s'efforce toujours la raison humaine.

    Cette édition reproduit les figures de l'édition originale, les préfaces et remarques des trois premiers éditeurs du texte - Clerselier, Schuyl et La Forge -, ainsi que le Traité de la formation du foetus, où Descartes aborde ce qu'il laisse de côté dans L'Homme : la genèse du corps humain.

    Sur commande
  • Les passions de l'âme

    René Descartes

    «Passion en morale se dit des différentes agitations de l'âme selon les divers objets qui se présentent à ses sens. Les philosophes ne s'accordent pas sur le nombre des passions. [...] Voyez surtout M. Descartes qui a fait un beau traité des Passions d'une manière physique.» (Dictionnaire de Furetière).

    Sur commande
  • Après avoir lu les Méditations métaphysiques, la jeune Élisabeth de Bohême demande à s'entretenir avec Descartes pour obtenir des réponses. Ainsi naît, entre un philosophe déjà vieux et une princesse mélancolique, une conversation épistolaire qui durera sept ans, jusqu'à la mort de Descartes en 1650. Ils discuteront aussi bien de mathématiques et de géométrie que de l'union de l'âme et du corps, des passions, du bonheur et de Dieu. Sans jamais renier sa pensée - bien plutôt en la fortifiant -, Descartes diagnostiquera à la jeune femme un excès de cartésianisme : pour la soigner, il valorisera les plaisirs de la vie courante, le repos de l'esprit et le manque de sérieux.
    Ce volume rassemble la correspondance intégrale entre Descartes et Élisabeth, ainsi que des lettres du philosophe à divers correspondants, dont le médecin Regius, Christine, reine de Suède, et Chanut, ambassadeur de France en Suède.

    Sur commande
  • Descartes, le " véritable initiateur de la pensée moderne ", celui dont " on ne saurait se présenter dans toute son ampleur l'influence qu'il a exercée sur son époque et sur les temps modernes " (hegel), a attendu la fin de sa vie pour répondre à la question : qu'est-ce que la philosophie ? cette attente ne tient pas seulement à des raisons historiques, et constitue peut-être une leçon de philosophie.
    Si la réponse cartésienne n'intervient que dans la lettre-préface des principes de la philosophie, en 1647, au terme d'un cheminement intellectuel aussi remarquable que décisif, c'est parce que la philosophie est aussi affaire de patience, parce que le rythme de la pensée doit épouser celui de la vie. il est ici question de devenir sage : il faut se demander ce que cela signifie et implique, mais ne pas oublier de vivre en attendant d'avoir trouvé ses réponses.

    Sur commande
empty