Théâtre Tome 2 : 2005-2017

À propos

Ce volume fait suite à Théâtre 1987-2001 et reprend huit pièces de Pascal Rambert déjà publiées entre 2005 et 2017.
Mon fantôme (cantate), Toute la vie, L'Art du théâtre, Répétition, Lac, Libido sciendi, Argument,.

Mon fantôme (cantate) (2005).
Où est la nuit ? qui m'aimera ? et la girafe ? et le grand cerf ? et les abeilles ? et l'ours et les colonies de choses volantes et rampantes ? et le ciel ? et l'étendue ? qui peindra l'étendue ?
Pour s'endormir, un enfant s'invente un personnage imaginaire avec lequel il discute. Il l'appelle Mon Fantôme. Commande de France Culture, ce texte est à destination des enfants.

Toute la vie (2007).
Tu m'aimes je t'aime on s'aime on est qui quand on s'aime on est qui ? on est où quand on s'aime ? on est où ? on est qui ? on est devenu qui ?
Ah ! parcourt le monde. Ah ! parcourt des formes artistiques. La question : « Qu'est-ce qu'être soi-même ? » rythme son voyage. Une seule réponse : « J'avance ». Pièce d'anticipation, Toute la vie est une fresque à jouer, danser et chanter dans le futur.

L'Art du théâtre (2007).
L'Art du théâtre est construite en parallèle de Toute la vie. Dans cette pièce, présentée tel un manifeste par Pascal Rambert, un acteur raconte l'art du théâtre à son chien cocker. Les deux textes peuvent être indépendants ou se monter ensemble, le premier étant comme un petit Dogma du second.

Répétition (2014).
Je suis issu du rêve de Denis qui lui-même est issu du rêve d'Emmanuelle qui elle-même est issue du rêve d'Audrey. Nous sommes chacun des habitants du rêve de l'autre nous croyons vivre dans le monde réel mais nous vivons notre vie nous la passons dans le rêve des autres.
Dans l'intimité d'une répétition de théâtre, quatre acteurs s'observent. L'un après l'autre, ils prennent la parole et enflamment une mèche dévastatrice qui ne s'éteindra qu'après que les mots aient accompli la tache précise qui leur était assignée.

Lac (2015).
Je pensais que je ne pouvais imaginer beaucoup on m'avait toujours dit ne rêve pas on m'avait toujours dit l'imagination c'est bien beau on m'avait toujours dit ce genre d'idioties or j'ai décidé de monter sur le théâtre pour combattre cela et ça me paraît aussi important en tout cas pas moindre que de s'engager sur des terrains de conflits réels dont la mort est la sanction.
Pascal Rambert a écrit cette pièce pour les étudiants comédiens de la Manufacture (Bachelor Théâtre, 2012-2015), après les avoir rencontrés. « Une histoire de langue mettant en ligne seize corps moins un face à la mort, au sexe et au crime » (PR).

Libido sciendi (2015).
Ils montent l'escalier ils s'arre^tent ils regardent le lustre Giacometti ils respirent elle enle`ve son tee-shirt il enle`ve le sien elle de´boutonne son pantalon les pantalons tombent ils respirent je vois la rampe en fer forge´ dix-septie`me ils se regardent ils sont nus dans le grand escalier elle monte quelques marches elle respire il la regarde elle e´tire ses bras elle respire ils regardent le lustre Giacometti.
Libido sciendi est une pie`ce de danse créée au festival Montpellier Danse en 2008, dans une mise en scène de l'auteur, réactualisée en 2014 au Musée Picasso à Paris.

Argument (2015).
Cessez voulez-vous Annabelle ce chant funèbre l'air est lugubre le ciel bas la nuit épaisse j'ai peur si je ferme les yeux j'entends j'entends si je me concentre bien fermez les yeux écoutez écoutez entendez-vous ces coups de canons ces tirs secs des fusils l'air comme un gaz porteur met dans nos oreilles les sons de Paris écoutez écoutez on s'y bat les murailles cèdent les corps tombent on dresse la barricade ça claque l'artillerie sera sortie elle aura anéanti vos amis aux grandes idées.
Argument renvoie à l'histoire de la Commune, au travers d'une scène tragique et magique où les convictions conservatrices s'opposent aux forces révolutionnaires, sur fond imaginaire de toile de Jouy.

Une vie (2017).
Pourquoi on va au théâtre ? Pour dévorer du visage. C'est des cibles mouvantes les acteurs. On les regarde. On les suit comme ça. Ces déplacements. C'est fantastique. On voudrait pouvoir les descendre comme des cols-verts en plein vol. Pan. Pan. Leur prendre leur jolie petite gueule et les fixer. C'est ça que je fais. Je fixe. Je fixe pour les autres. Pour que les autres voient.
La porosité entre l'art et la vie, entre la vie et la mort, est au centre de cette pièce qui se déroule dans un studio de radio, le temps d'une émission monographique sur un artiste. Création par La Comédie-Française dans une mise en scène de l'auteur.


Rayons : Littérature > Théâtre


  • Auteur(s)

    Pascal Rambert

  • Éditeur

    SOLITAIRES INTEMPESTIFS

  • Distributeur

    SODIS

  • Date de parution

    30/11/2023

  • Collection

    Oeuvres Choisies

  • EAN

    9782846817288

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    432 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    12.5 cm

  • Épaisseur

    3.1 cm

  • Poids

    430 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Pascal Rambert

Pascal Rambert, après un passage à l'École de Chaillot avec Antoine Vitez, alterne l'écriture et la mise en scène, puis est metteur en scène de ses propres pièces. Il est également acteur, réalisateur et chorégraphe. De 2007 à fin 2016 il est directeur du T2G-théâtre de Gennevilliers qu'il a transformé en centre dramatique national de création contemporaine, lieu exclusivement consacré aux artistes vivants. Ses créations sont présentées internationalement : Europe, Russie, Moyen-Orient, Asie, Amérique du Nord, Amérique centrale et Amérique du Sud, et ses textes sont régulièrement traduits dans différentes langues.
Il est notamment l'auteur de Clôture de l'amour qui a obtenu le Grand prix de littérature dramatique 2012 et de la meilleure création de pièce en langue française pour la saison 2011-2012. Pascal Rambert a reçu le Prix du Théâtre de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre dramatique en 2016.

empty