Vingt-quatre poèmes (préface Gustave Roud ; note Philippe Jaccottet ; frontispice Olivier O. Olivier)

Traduit de l'ALLEMAND par GUSTAVE ROUD

À propos

Né en 1887 à Salzbourg, Georg Trakl a juste le temps d'écrire une centaine de poèmes avant de mourir, ou de se donner la mort, d'une overdose de cocaïne ; quelques jours plus tôt, il avait déjà tenté de se suicider, ne supportant plus les cris des quatre-vingt-dix grands blessés dont il avait la garde, sans la moindre assistance médicale, dans une grange, qui suppliaient qu'on les achève. Hanté par la déchéance et par la faute, ses poèmes s'inscrivent, nous dit son traducteur, dans une tradition chrétienne. Car le péché possède une réalité objective. L'esprit du mal n'est pas un vague fantôme, nous dit-il encore, il est aussi présent que la mort qu'il nomme « le destin de ceux qui ploient sous leurs fautes », jusqu'aux « descendants non-nés encore », étonnant dernier vers de son dernier poème, Grodek, où se trouvait la grange macabre.


Rayons : Littérature > Poésie


  • Auteur(s)

    Georg Trakl

  • Traducteur

    GUSTAVE ROUD

  • Éditeur

    La Delirante

  • Distributeur

    La Delirante

  • Date de parution

    30/08/2005

  • EAN

    9782857450160

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    64 Pages

  • Épaisseur

    0.5 cm

  • Support principal

    Grand format

Georg Trakl

  • Naissance : 3-2-1887
  • Décès :3-11-1914 (Mort il y a 110 ans à l'âge de 27 ans)
  • Pays : Autriche
  • Langue : Allemand (autriche)

Georg Trakl est né en 1887 à Salzbourg. Mobilisé en août 1914, il part en Galicie dans une colonne sanitaire. Marqué par la consommation de drogue et une relation incestueuse avec sa sœur Margarete, il sera
également profondément atteint par l'horreur de son expérience sur le front. Il fait une tentative de suicide qui l'envoie à l'hôpital à Cracovie en observation psychiatrique. Il se suicide probablement dans sa cellule
le 3 novembre 1914 d'un empoisonnement par cocaïne, à l'âge de 27 ans.

empty